Duncan de la Varenne

Duncan de la Varenne,  petit étalon arabo-frison né le 10 novembre 2014, est entré dans notre vie le 30 mai 2014 pour notre plus grand bonheur.

 

Nous nous sommes longtemps questionnés mon compagnon et moi-même sur l'âge et la provenance de notre futur équidé. Élevage?  Particulier?  Association de sauvetage?

 

Au vu de nos faibles connaissances équestres, nous optons pour un poulain que nous confierons à un professionnel pour le débourrage. Ce qui nous laisse en parallèle trois ans pour obtenir un niveau d'équitation décent et évoluer avec notre loulou en toute sécurité.

 

La vie a finalement mis sur notre chemin 2 adorables shetland de 1 an, récupérés squelettiques et mal en point dans une association de sauvetage. Des amours de petits poneys qui nous apprennent de jour en jour les codes équins et les ruses d'adolescents en quête de hiérarchie...

Puis nous avons visité l'élevage d'une amie et nous avons craqué sur le petit Duncan, usine à câlins,  poulain pot de colle et bien dans sa tête.
La date est fixée,  il arrivera à la maison le 30 mai 2014 avec Renzo son frère d'élevage,  destiné à notre petite cousine. 


Dès son arrivée,  Duncan s'est lié d'amitié avec les shetlands. Il sont tout de suite devenus inséparables,  laissant à l'écart le beau Renzo. La vie est bien faite me direz-vous, Renzo part pour le Nord-Pas-De-Calais.
A ce stade, nous avons commencé à nous renseigner sur la meilleure conduite à tenir concernant notre petite troupe. 

Les conseils de professionnels ont été multiples et variés: confier Duncan à une pension équestre pour qu'il vive en troupeau,  ne pas s'en occuper pendant trois ans pour ne pas l'imprégner,  inclure un adulte référent dans notre trio...


Nous ne nous attendions pas à cela, la désillusion nous a envahit. Nous ne pouvons ni voulons assumer un quatrième équidé et refusons de placer Duncan en pension; cela va à l'encontre de nos convictions: la complicité se tisse dans le temps et la confiance s'accorde avec le temps..

ors d'une visite de notre maréchal,  ce dernier nous fait part du travail de Monsieur Bellanger. Nous décidons de l'appeler pour qu'il vienne étudier notre petite troupe et évaluer Duncan.

 

Quel n'a pas été notre soulagement!  Notre trio à trouvé un bel équilibre avec la petite shetland à sa tête, stable et sûre d'elle.  Notre Duncan est un poulain généreux et extrêmement gentil mais aussi visiblement très intelligent... Du beau travail en perspective!

La première séance avec Alain fut une surprise pour nous et pour Duncan : première sortie en extérieur! 


Au programme: découverte du macadam,  rencontre avec les équidés du voisinage et premier contact avec les voitures. Notre poulain s'en est tiré comme un chef et moi j'ai pris ma première leçon de respect en longe! Merci Alain!

 

Il ne reste plus qu'à préparer la séance du 16 septembre et mettre à profit les nombreux conseils que vous nous avez donnés.

Une belle aventure en perspective qui amènera notre duo sur les chemins de la randonnée et pourquoi pas vers le TREC ou le dressage... affaire à suivre!

Deuxième séance :.

 

Pour rappeler les faits nous devions travailler le respect en longe et un peu de désensibilisation sur les chemins. Duncan est âgé de 10 mois et c'est déjà un beau programme!


Nous avons commencé par une courte séance de pansage: après la mise du licol, notre poulain se laisse totalement faire, du coup c'est plutôt sur moi que se porte l'éducation! Alain me donne de multiples conseils concernant la sécurité et m'aide à lire mon poulain au moment du curage des pieds.

 

Il nous explique également les principes de neutralité lors des manifestations négatives de Duncan, quand il fait mine de botter par exemple. Pas de réaction, pas de renforcement .

 

Nous voilà partis pour une petite ballade en longe. Duncan se montre plutôt à l'aise, passe dans des passages étroits, n'appelle pas le groupe, ne craint pas de se faire courser par un chien et réagit de moins en moins aux véhicules.

 

Nous apprenons tous les deux la marche en main gauche ( on était plus à l'aise main droite). On est plutôt fiers! Il faut dire que jusque-là, Duncan n'a pas connu de contrariété...et lorsqu'Alain lui demande quelques secondes d'immobilité, on perçoit chez notre poulain habituellement facile des signes d'agacement.

 

Rien d'ingérable, loin de là! Mais on le voit réfléchir aux possibilités lui permettant de ne pas céder complètement, il tente même la séduction... Ce qui nous a bien fait rire!

Avec l'aide d'Alain on parvient à nos fins. Ce sera le travail des jours à venir! 

troisième séance:

 

Nous voilà prêts pour une nouvelle séance,  très attendue au vu des derniers événements.

 

En effet, j'avais appelé Alain dans la semaine  parce que Duncan m'avait bottée alors que je l'avais éloigné des poneys.

 

Une réaction qui m'avait un petit peu déstabilisée, le comportement de mon poulain est changeant ces derniers temps et l'humeur fluctuante... j'étais contente d'avoir l'avis d'Alain sur le terrain. 

 

Après une petite séance de pansage bienvenue suite aux fortes pluies, on part pour une petite ballade avec pour premier objectif un franchissement de quelques marches, raté lors du premier passage. Dans cette séance j'apprends à demander à mon poulain,  en renforçant son initiative sans jamais le laisser se défiler.

 

Puis on reprend la leçon de marche en main et là, on prend conscience qu'il m'est bien plus aisé de conduire mon poulain main gauche que main droite (conditionnement des activités canines). Nous voilà partis pour des changements de main, tout en continuant la désensibilisation aux bruits et à l'environnement.


Alain en profite pour évaluer et consolider le respect que porte Duncan aux humains, renforce nos acquis précédents et corrige nos petites incartades. Etant assez pointilleuse, j'apprécie sa rigueur et la propreté du travail. 

Cette séance m'a assurée d'être sur la bonne voie avec mon poulain,  Duncan lui est une crème, volontaire, sociable et disponible dans l'apprentissage. 


Nous avons décidé de le castrer tôt n'ayant pas d'objectif de saillie ni l'envie de se frotter à un adolescent sous hormones.

 

Aussi la prochaine séance sera début 2015, d'ici là, un mois de repos avant de  consolider le travail d'aujourd'hui!

Et voilà le récit de notre quatrième séance, une séance qui je dois le dire m'a comblée ! Il faut dire qu'avec Alain qui incarne entièrement l'autorité bienveillante, Duncan (14 mois à présent) est un poulain parfait... En tant qu'élève assidue, j'avais au préalable listé tous les points à travailler avec mon poulain, notamment les circonstances de ses périodes de test et de remise en question de l'autorité...


Mais rien à faire, quand Alain est là, Duncan déroge peu à la règle. Ceci m'a démontré deux choses: tout d'abord que son comportement est lié au mien et que je dois continuer de m'imposer; notre relation de confiance est très solide, je suis un repère mais il me manque encore un petit peu de leadership.


La deuxième n'est que l'écho de ce que je suis déjà intimement convaincue, le travail n'a de sens que s'il est fait PAR le maitre et ENCADRÉ PAR l'éducateur; c'est uniquement comme ça que je trouverais les clefs de la relation avec Duncan, Alain quant à lui... Il les a déjà!


Petit retour à présent sur le déroulement de notre séance: nous avons débuté par un pansage "zéro faute" dixit Alain, sauf peut être encore la prise des pieds où je lui fais perdre un peu d'équilibre... Duncan ne bouge pas d'un millimètre, il faut dire qu'il adore ça.
Puis petite ballade avec changement d'environnement et de nature des sols (rivière sous un pont passant), on trouve un poulain attentif qui regarde où il pose ses pieds et me respecte dans les fortes pentes.

Je retiens de cette leçon que les endroits sécurisés mais inconnus sont un bon moyen de contrer ses petites phases de test, la prochaine fois qu'il voudra "faire le chaud" on ira faire une bonne marche en montée! 

Puis première petite séance de longe en main sur un cercle non fermé, Duncan apprend vite, teste sans conviction et se prend au jeu! La nouveauté lui plaît et moi aussi!

On termine par un retour en pâture et distribution des repas avec revisite des règles de sécurité. 

La séance a été une vraie bouffée d'air frais, je me suis régalée et notre loulou aussi!

Vivement la prochaine séance dans un vrai rond de longe!
5 ème séance : Pour profiter pleinement de la séance, je décide de panser Duncan avant l'arrivée d'Alain.

Mon poulain tourne un petit peu autour de l'arbre auquel il est attaché mais ce problème sera réglé dès que nous aurons aménagé un lieu de pansage. Tout se déroule parfaitement et je le laisse divaguer dans le jardin. Après un petit café nous partons direction le rond de longe construit ce week end, Duncan est motivé, il vient tout de suite quand on l'appelle mais bouscule néanmoins un véhicule, preuve que quelques notions de respect sont encore à travailler.


Ne sachant pas du tout longer un cheval, c'est Alain qui commence avec Duncan pour nous expliquer, à lui comme à moi, les bases de l'exercice.

Dès le début, Duncan montre son désaccord, il ne semble pas décidé à accepter qu'on lui impose où et comment marcher... Il l'exprime clairement en essayant de botter à 2 reprises.

Alain fait preuve d'une autorité saine et adaptée aux circonstances (le poulain n'a que 15 mois), il le reprend sans aucune violence mais fermement ce qui met fin au rébellion. Le changement de direction ravive un peu les esprits mais notre poulain se laisse vite dissuader de recommencer ses écarts de conduite. Dès qu'Alain s'est assuré qu'il avait compris l’exercice, il m'a "laissé les rênes" et nous avons pu évoluer Duncan et moi. 


Je retiens de cette séance que le respect de mon poulain n'était pas si ancré que je le pensais et qu'il faut que je reste rigoureuse sur les limites à ne pas franchir, notamment celles de la distance entre nous (aussi difficile à respecter pour lui que pour moi).


Je vais continuer le travail d'Alain jusqu'à la prochaine séance en contrant au maximum toutes les initiatives de Duncan dans le rond de longe (essentiellement sur les directions et lors des baisses d'attention) et parfaire les bases de l'éducation.


J'ai passé un excellent moment encore une fois et je ressors plus forte de pouvoir concrètement agir sur mon poulain, capter et garder son attention et sa concentration.

Nous voilà partis pour la 6 ème séance, nous avions hâte d'y être et nous n'avons pas été déçus!  Le premier point positif était la venue de Coralie et de son compagnon, propriétaires de Rival (trotteur, voir la rubrique "débourrages ou dressages terminés") pour assister à notre séance!

Les points positifs suivants sont bien entendus tout ce que notre poulain nous a encore une fois donné...
Je décide de panser Duncan avant l'arrivée d'Alain, cette phase étant quasi complétement assimilée. Je dis "quasi" parce que notre beau noir a tendance à proposer des jambettes avec ses antérieurs ou à les retirer, ce qui ne rend pas la chose aisée! Je demande conseil à Alain qui vérifie par lui-même, verdict: il n'était pas question de remise en cause de l'exercice mais plutôt un problème . d'équilibre!
Et oui, c'est bien d'avoir 4 pattes, encore faut-il savoir s'en servir...
Après quelques tests de rééquilibrage positifs, on prend tous les 6 la direction du rond de longe. Le trajet se passe bien, Duncan sait déjà où il va. 

Alain me laisse gérer ma séance et me propose de me corriger si besoin. On commence par désensibiliser Duncan à la souche qui trônait au milieu du terrain, et on poursuit par un petit tour au pas aux deux mains.

Puis on lance un petit trot qui démarre très bien (je note tout de même que je dois moduler mon intonation, qui quelques fois est un peu trop énergique et pourrait le faire partir trop fort). Alain en profite pour nous apprendre le désengagement des postérieurs, bien utile lorsque Duncan s'emballe et me prend la main. 
On aurait pu terminer la séance par un beau reculé à peine induit par la main si Alain n'avait pas remarqué que Duncan ne connaissait pas le "pas bouger". Et nous voilà avec un nouvel exercice à travailler pour la prochaine fois! Sans oublier bien sûr le travail du maintien de la distance entre Duncan et moi, aussi difficile semble-t'il pour l'un que pour l'autre... 

 

La séance prend fin avec une petite détente qui permet de "relâcher la pression". 


Bien que lâché dans un rond de longe en herbe, Duncan ne s'octroie à aucun moment le droit de brouter, il reste concentré sur moi, à l'écoute et toujours disponible. On s'offre même un petit jeu de "course-poursuite" où Alain m'apprend à induire le jeu sans contact physique. 
Encore une très belle séance avec un poulain respectueux et généreux.

Nouvelle séance pour nous, et encore une remise en question!

Petit rappel des faits, Duncan a un an et demi, nous travaillons avec Alain depuis ses 9 mois pour créer une vraie relation basée sur le respect. 

Pour sa 7 ème séance, nous avions pour consignes de travailler le "reste" et le déplacement des hanches. Les exercices sont en bonne voie. Je pensais montrer à Alain nos avancées en début de cette 8 ème séance, très consciente d'avoir jusque là "arranger les exercices"  de façon à ce que ce soit beaucoup moins compliqué pour nous (pas de longe puisque c'est bien plus difficile pour moi de l'avoir dans les mains) .  Mais Alain est allé au-delà d'une apparente situation bien menée pour me montrer une fois encore que c'est Duncan qui menait la danse... Duncan faisait, parce que Duncan le voulait bien.
Bref, on a aujourd'hui travaillé (pour de vrai) tout en respectant son jeune âge, des exercices simples mais utiles au quotidien tels que le déplacements des épaules et la distance entre nous.
Malgré le vent , l'arrivée impromptue d'un tracteur ( tant d'éléments qui offrent l'occasion d'une petite fuite de la concentration), Alain nous a montré à Duncan et à moi que l'on pouvait travailler tout en restant confortables mais avec rigueur et cadre. 
J'ai appris à me servir de ma longe, à mettre de la distance entre nous et à la faire respecter, et surtout à ce que ce soit Duncan qui fasse attention à mes positionnements et non pas l'inverse... et ça, ça change tout.
Nous continuons avec un beau programme de travail et une consolidation de nos acquis. Alain a su nous pousser à mieux faire tout en notant le positif du travail en amont. On repart certes avec une autre optique de travail mais sécurisés, avec une ligne de conduite claire et personnalisée, que l'on a validé... à 3!

Prochaine séance dans 2 mois!

 

8 ème séance

pour nous, très attendue puisque cela fait maintenant 2 mois que nous n'avons pas fait d'exercice.

L'été a été profitable, nous n'avons pas fait grand chose d'autre que des ballades en rivière...

Retour au rond de longe pour une petite séance en main... dur dur pour moi qui ne sais ni longer ni donner de l'impulsion.

Alain me montre que Duncan est prêt pour un travail léger et que je peux tout à fait le tenir à distance, demander quelques ordres à la voix et par mon positionnement de corps. Avec lui ça marche... Avec moi un peu moins... Je ne suis ni sûre ni convaincue dans mes demandes... A travailler!

La séance aurait pu se terminer ainsi, sur un travail technique mais Alain repère que je suis beaucoup dans la demande et rarement satisfaite de moi, du coup je récompense peu... Ce n'est pas du tout ce que je souhaite, je m'engage donc à être plus vigilante sur ce point.

9 ème séance: Nous avons eu un mois pour nous exercer sur le travail en longe.

Catastrophe!!! Rien que le mot "travail" me rebute, nous ne prenons plus aucun plaisir Duncan et moi dans le rond de longe!

Quand j'ai perçu le manque d'envie de Duncan, j'ai tout stoppé et décidé d'attendre Alain. En attendant la  nouvelle séance, nous avons repris les jeux au clicker et en un mois nous avons appris tous les 2 quelques petits tours qui nous ont permis de nourrir notre complicité et effacer la tension du "tourner en rond".


J'explique tout ça à Alain qui commence par m'expliquer qu'on peut tout à fait adapter l'exercice, fini le "tourner en rond aux deux mains", on se déplace à notre gré, conservant une distance confortable et travaillant notre connexion.

Pour moi ce n'est déjà plus le même état d'esprit et je veux bien retenter.

Le changement est là, on parvient à s'entendre, mes demandes étant moins brouillons, Duncan reprend plaisir à y répondre.
On souhaite continuer sur cette lancée et en parallèle, commencer les promenades seuls, sans autres humains ou poulains à nos côtés, et ça c'est un encore un bel objectif!
Merci Alain de respecter et de me conforter dans mon envie d'un partenariat avec Duncan, sans soumission, en gagnant son intérêt et son envie de participer. Tu ne nous imposes aucune méthode, la seule chose sur laquelle tu restes intransigeant est la sécurité. 

 

Tu te contentes de sécuriser le chemin que l'on choisit... J'ai rencontré peu de personnes capables de cela, alors encore merci!

10 ème séance


A l'ordre du jour: une petite mise au point...


En effet, j'ai appelé Alain dernièrement en lui expliquant que Duncan avait embarqué en longe à 2 reprises... et s'était mis en danger.


De plus, les sorties devenaient pour moi de plus en plus difficiles, je n'étais plus du tout certaine de pouvoir gérer mon poulain en extérieur. Il prenait la main, me dépassait, se collait à moi pour avoir des câlins ou pour se rassurer. Ce n'était ni confortable, ni sécure.


La décision fut très vite prise de mettre à Duncan le caveçon, généreusement prêté par une membre de l'association (merci!!) pour lui réapprendre à se placer et garder ses distances et surtout prévenir une nouvelle embarquée...


Nous sommes retournés au dernier endroit où il avait embarqué, près d'une départementale. Alain a fait l'aller... j'ai fait le retour.


L'aller s'est très bien passé, Duncan a gardé ses distances avec Alain, quelques moments de stress mais Alain lui a gentiment expliqué qu'il devait être capable de se gérer seul, en étant présent et en respirant calmement mais en ne l'autorisant pas à rentrer dans son espace. Près de la route, Duncan a pris le temps d'observer les voitures, les poules (si si ^^) et s'en est remis complètement à Alain.


J'ai pu voir la différence entre son comportement avec moi et son comportement avec un référent reconnu en tant que tel.


Il a tout de même essayé de s'échapper à un moment donné et s'est auto-sanctionné avec le caveçon ce qui a été son unique contact avec cet outil! Le reste de la sortie s'est fait sans contact en toute quiétude.



J'ai donc fait le retour et en ai profité pour reposer le cadre du respect et du placement en longe. J'ai enfin pu remettre une distance confortable pour nous deux, j'ai "repris les rênes" en quelque sorte. 

Sur le retour, Duncan était détendu voire nonchalant, la tête basse... Tout à fait l'inverse de ce que nous vivions ces derniers temps.


J'ai aussi compris avec l'aide d'Alain que je surprotégeais mon poulain, anticipant ses moindres peurs ce qui l'empêchait finalement de les gérer seul... J'ai appris à le laisser surmonter ses craintes, on l'a vu les surpasser et finalement être rassuré de garder sa place tout en me sentant présente.

J'ai passé une super après-midi, à l'aise avec mon poulain, je me sens à nouveau capable de le gérer à l'extérieur et continuer les exercices de désensibilisation. Un grand MERCI Alain!

11ème séance

 

Duncan a été bien malade ces dernières semaines et on a convenu avec Alain de lui faire une séance "soin" histoire qu'il puisse se lâcher un peu, lui qui intériorise beaucoup.

 

J'imaginais la séance avec Alain qui poussait mon poulain au jeu tout en maîtrisant l'aspect sécuritaire mais Alain a perçu que Duncan ne cédait pas à la pression. Effectivement, je ne le travaille que par aspiration.

Petite mise au point sur les acquis qui se termine par quelques déplacements latéraux afin de travailler en même temps sa coordination et son équilibre.

 

et enfin, la petite séance détente qui permet à Duncan de s'extérioriser un peu après toutes ces semaines de soins vétérinaires.

J'ai profité de ce temps de latence pour faire un petit bilan de notre relation, guidée par Alain au cours des 10 séances de travail.


Duncan a à présent 28 mois, il est sûr en extérieur et en licol (!) Il me reconnaît comme référente lorsqu'il est inquiet.

 

Il respecte les distances aux 3 allures en longe et en extérieur.

Il est capable de passer sur tous les sols que je lui ai présenté (escarpés, ornières, rivières, passage sous et au dessus d'arbres arrachés, tunnels...)

Nous "travaillons" beaucoup en liberté et il peut même franchir ainsi des obstacles (escaliers, monter sur une pierre) ou monter dans un van.

 

Il ne bouge pas pour les soins quotidiens, les soins vétérinaires (injections sans attache) et de dentisterie.

Le travail avec Alain dès le début de notre relation nous a permis aujourd'hui d'avoir un quotidien riche et confortable. 

 

J'encourage vivement toutes les personnes désireuses d'acquérir un poulain de faire appel à un homme de cheval tel qu'Alain.

En tout cas, nous, ça nous réussit!