Hypérion

Fin novembre, nous sommes allés chercher en Espagne un crusado (mi-espagnol, mi-lusitanien) qui nous a fait fondre par sa grande beauté et sa robe exceptionnelle, mais comme souvent dans les coups de cœur, on est trop énamouré pour se préoccuper du caractère de notre cheval de rêve, et on a quelques surprises…

 

Hypérion a deux ans et demi, il est entier, et, nous l’avons découvert à son arrivée chez nous, il n’a connu que la coercition, la vie au box et des méthodes éducatives brutales et expéditives. Ce cheval n’est ni agressif, ni dangereux, mais il a appris à se méfier des hommes, et la fuite est sa stratégie depuis qu’il goûte la liberté de la vie au pré. Il nous faut donc lui apprendre à nous faire confiance, à comprendre que le contact avec l’homme peut être positif. Mais c’est un grand cheval puissant, et un entier, donc la gentillesse ne doit jamais céder le pas au respect. Voilà notre mission difficile avec Hypérion : trouver le bon équilibre entre douceur et fermeté, gagner son amitié sans se faire marcher dessus.

 

Alain nous montre comment l’approcher, avec assurance, et en limitant ses possibilités de fuite : nous nous plaçons de manière à l’éviter de faire demi-tour. Nous commençons par caresser l’encolure, et remontons progressivement vers la tête. Puis nous utilisons une longe que nous nouons autour de son encolure, et l’entraînons à marcher en main, à respecter les arrêts imposés, à tourner avec nous, en lui laissant toujours une certaine latitude, comme s’il avait le choix de fuir ou de nous suivre.

 

Lorsque Hypérion commence à jouer de sa force pour nous échapper en fonçant, Alain prend une longe plus longue pour avoir plus de force et joue sans cesse à faire mine de le laisser aller, le rattraper, et ainsi de suite. Nous associons toujours la voix à nos gestes, pour que peu à peu, Hypérion comprenne des ordres simples, comme celui de s’arrêter.

 

Alain s’applique à faire en sorte qu’Hypérion respecte la pression de la longe sur son encolure, et comprenne que cela signifie qu’il est tenu, mais en lui donnant en permanence l’impression qu’il a le choix – d’où la longe tenue longue, détendue. La réussite parfaite de l’exercice, c’est quand Alain lâche la longe, et qu’Hypérion continue à le suivre, à s’arrêter quand Alain le lui demande et à repartir derrière lui ensuite…

 

Mais nous savons qu’il nous faudra du temps avant qu’il devienne naturel de s’approcher d’Hypérion, l’attraper et le pousser à nous suivre…

1ere séance :.Après avoir réussit à lui mettre le caveçon, nous sommes allé jusqu'au rond de longe. L'exercice n'a pas été simple car il m'a échappé, en plus d'avoir explosé les clotures il m'a fallu quelques minutes pour le récupérer.

 

Une fois dans le rond de longe, je l'ai désensibilisé à la chambrière. Et lorsqu'il s'est calmé, alexandra a entamé le pansage.

 

Après quelques minutes j'ai commencé son apprentissage ( longe,  langage au pas et l'arrêt). Mon dernier soucis restait l'approche, donc en fin de séance j'ai commencé un exercice de contact ( le faire venir à moi puis le relacher, ensuite recommencer jusqu'au moment où il viendrait de lui même).

 

J'avoue être agréablement surpris par ses réactions, je pense que je vais prendre beaucoup de plaisir à l'éduquer.

 

Séance du 18 janvier

 

La séance commence mal : Hypérion défonce toutes les clôtures et refuse obstinément de se laisser attraper. A force d'obstination, nous parvenons à le faire entrer dans son box, où il ne peut plus fuir, et Alain refait les démarches d'approche, en l'empêchant de montrer les fesses avec le stick et la voix, en forçant Hypérion à le regarder. Alain parvient à le caresser, lui mettre le caveçon et, après un nouvel épisode de clôtures défoncées, à le mener dans le rond de longe. C'est là que nous administrons à Hypérion ce qui est probablement le premier pansage de sa vie. Les consignes d'Alain sont d'alterner main et brosse : poser une main à l'endroit voulu, puis ensuite la brosse, poser la main à côté, puis la brosse, et ainsi de suite, tout en continuant à lui "tenir" l'encolure avec une main ferme, pour qu'un contact continu soit établi et qu'Hypérion se sente obligé de rester près de nous.

 

Ensuite, Alain commence avec Hypérion un exercice fondamental : l'amener à venir vers lui et se placer en position derrière lui. La longe est tenue lâche, pour qu'Hypérion puisse exercer son "libre arbitre" : il faut lui donner en permanence la sensation qu'il a le choix de fuir, et chaque fois qu'il tente de le faire, le ramener à soi. Alain appelle Hypérion à lui, le contrôle avec le stick : quand Alain recule, Hypérion doit avancer. Par de petits coups légers avec le stick, Alain guide Hypérion, et le félicite quand celui-ci vient se placer en position. Puis il le repousse, le ramène à lui, et ainsi de suite. Au fil de l'exercice, Hypérion commence à avoir des réactions intéressantes : le cheval sauvage devient cheval de cirque. Il prend des attitudes de jeu, commence à parader comme l'entier qu'il est, mais sans agressivité. Il se montre curieux et réceptif et l'objectif est atteint quand, à la fin de l'exercice, Alain enlève le caveçon et que Hypérion continue à le suivre et à respecter ses ordres. Beaucoup de progrès ont été faits en une heure.

 

En attendant la séance suivante, j'essaie plusieurs fois d'approcher Hypérion, comme Alain me l'a appris, en l'appelant et en claquant la main sur la jambe, en avançant vers l'épaule et l'empêchant de se tourner, et en félicitant chaque fois qu'Hypérion fait un geste vers moi, même s'il s'agit juste de tourner l'encolure. Mais Hypérion a bien compris que je n'étais pas Alain et il en joue !

2eme séance :.Aujourd'hui nous l'avons préparé dans le box  ( pas sans mal ).

Ensuite vérification des acquis dans le rond de longe; le poulain était plus attentif et coopératif.

Mon objectif était de lui mobiliser les hanches et les épaules .

 

A la fin de la séance Hypérion était  en cercle au pas et au trot en restant concentré.

Séance du 25 janvier

 

Comme d'habitude, c'est un peu le cirque pour attraper Hypérion. Encore une fois, nous parvenons à le bloquer dans son box, et Sylvie parvient à le brosser entièrement : elle procède avec assurance, comme si elle était sûre de l'attitude d'Hypérion, elle lui parle sans cesse d'une voix franche, et continue à le caresser et à le tenir à l'épaule tout en brossant. Il tressaille quand elle s'attaque aux membres et au ventre, mais capitule. 

 

 Hypérion continue à jouer au cheval sauvage au pré, mais il change totalement d'attitude dès qu'il arrive dans le rond de longe. Il a bien compris la différence entre un espace de grande liberté, où il n'en fait qu'à sa tête, et le rond de longe, où il faut se mettre au travail.

 

Alain vérifie les acquis en refaisant l'exercice de la dernière fois : appeler Hypérion à lui, l'amener à se placer en position derrière lui. Très vite, Hypérion se souvient de ce qu'il a appris. Puis il faut changer d'exercice, et ne pas laisser s'installer un conditionnement où Hypérion vient systématiquement vers Alain : Alain le repousse, le tient éloigné de lui, puis l'appelle à lui, le félicite, le repousse de nouveau, etc, et tout en faisant cela, il cherche à mobiliser les épaules, puis les hanches d'Hypérion.

 

C'est une excellente manière de forcer le cheval à se concentrer, et cela permet de maîtriser l'ensemble de son corps, de le faire travailler de manière intelligente, tout en le gardant près de soi pour tout contrôler. Alain force donc Hypérion à des déplacements d'épaule, puis de hanche, avec beaucoup de rigueur, pour qu'Hypérion ne se contente pas de se tortiller mais croise vraiment. Je sais que l'exercice est très utile pour la suite : Alain avait fait de même avec Priam, et une fois monté, Priam a appris l'épaule en dedans ou et les cessions à la jambe avec facilité.

 

Une fois qu'Alain est satisfait, il passe à l'exercice de longe proprement dit, mais sur une longe très courte, car Hypérion est puissant et facétieux, et Alain veut toujours garder le contrôle. Alain commence donc à emmener Hypérion avec le stick sur de petits cercles autour de lui, en maîtrisant les allures : il m'explique que les ibériques ont une tendance à trottiner si on n'y met pas bonne ordre dès le début, et il ne faut surtout pas le laisser faire. Donc, quand Alain demande le pas, toute foulée de trot est interdite et Alain arrête Hypérion dès que cela se produit ; puis, sur un cercle un peu plus large, quand Hypérion est au trot, l'allure doit être soutenue jusqu'à ce qu'Alain autorise l'arrêt.

 

A la fin de la séance, nous pouvons caresser longuement Hypérion, ce qui nous rend très heureuses.

3eme séance :.Le début reste un gros soucis car il est violent et très vif, j'ai peur qu'il se blesse, il faut donc changé l'organisation de son parc afin d'avoir un accès direct au rond de longe avant d'avoir un acident.

 

Aujourd'hui mon objectif était de lui mettre le surfait, et après une vérification des acquis à la longe, j'ai  entamé mon exercice.

 

 

Ce cheval est très contreversé, car il est capable d'exploser violement sans retenue et là il est resté calme et il n'a pas réagit, c'est le genre de cheval qu'il faut se méfier je n'ai pas le droit à l'erreur.

Séance du 30 janvier

 

Encore une fois, Hypérion se montre un peu pénible au début – nous allons mettre en place un système de communication directe entre le parc et le rond de longe, pour pouvoir y pousser Hypérion dès le début, sans clôtures défoncées et courses-poursuites. Et comme toujours, Hypérion change d'attitude dès qu'il entre dans le rond de longe et devient réceptif.

 

Alain reprend tous les exercices des dernières fois : amener Hypérion en position, mobiliser les hanches et les épaules, le faire tourner sur un petit cercle. Quand il estime qu'Hypérion est prêt, il passe à l'étape suivante : mettre à Hypérion le surfait. Connaissant Hypérion, je le regarde faire avec un peu d'appréhension…

 

Alain veut tout d'abord banaliser l'objet. Il l'agite autour d'Hypérion, le fait courir sur tout son corps, de l'encolure jusqu'à la croupe. Je constate que les dernières séances ont porté leurs fruits : Hypérion accepte bien la pression sur l'encolure – de la main, de la longe ou d'un autre objet – et il reconnaît la contrainte. Alain s'ingénie à ce qu'Hypérion cesse d'avoir peur du surfait, même quand les mouvements sont brusques. Il le pose sur son dos, le laisse tomber, le repose, etc. Quand Hypérion est prêt, il commence à passer la main sous le ventre, d'abord sans attraper l'autre bout du surfait, puis, comme Hypérion réagit correctement, il glisse une partie dans l'autre sans sangler, et fait tourner un peu le cheval.

 

Alain m'explique qu'il faut soit ne pas sangler, soit sangler vraiment, car le pire serait que le surfait glisse du passage de sangle au milieu du ventre : là, on serait partis pour une dangereuse séance de rodéo, Hypérion risquerait de très mal réagir et on aurait un mal fou à reprendre le contrôle sans risquer un accident. Donc, quand il voit qu'Hypérion réagit bien avec le surfait sur le dos, il sangle, progressivement. Hypérion accepte : Alain avait déjà fait cela avec la longe lors d'une précédente séance. Il obtient donc qu'Hypérion tourne en longe autour de lui avec le surfait, sans panique et sans réaction violente. C'est une première victoire…

 

Quand Hypérion retrouve son pré, je reste un long moment avec lui, car je sais qu'après le travail, je peux le caresser sans qu'il ne prenne peur, alors je lui parle, je le gratouille et je lui donne des friandises.

 

Je ne peux toujours pas obtenir ça seule le reste du temps, mais je constate tout de même un net progrès dans l'attitude d'Hypérion, qui est moins craintif, moins rétif, plus confiant. Le travail entrepris avec Alain commence à porter ses fruits.

4 eme séance : je suis content de voir qu'avec de la persévérence et du calme il y a du résultat. je pense commencer les longues rênes la semaine prochaine.

 Séance du 1er février

 
Pour la première fois, nous avons réussi à ne défoncer aucune clôture ! Alain a attrapé Hypérion dans son box sans grandes difficultés, et j'ai pu le panser entièrement (y compris sous le ventre et les membres, les zones sensibles). Hypérion a changé d'attitude, il n'a plus son regard de lapin terrifié, et moi aussi je suis plus en confiance, je peux le brosser sans craindre de me faire aplatir contre le mur.

Pour le mener au rond de longe dans le calme, nous avons embauché Priam, mon bel hongre paint qui vit désormais avec Hypérion, et dont la présence a un effet très bénéfique. Hypérion est sorti du parc en suivant Priam dans le calme et tout s'est bien passé.
Une fois dans le rond de longe, Alain a comme toujours vérifié les acquis en reprenant les exercices des séances précédentes. Hypérion a bien compris l'ordre de venir vers Alain, et la mobilisation des hanches et des épaules ; il fait des progrès sur le cercle. Comme il commence à être en confiance, il a tendance à être un peu trop collant, et Alain tient à ce qu'il respecte les ordres. D'où l'exercice du "yoyo" : Hypérion doit comprendre que le doigt d'Alain levé signifie qu'il n'a pas le droit de s'approcher, que de petits coups de stick sur le poitrail appellent le reculer, et que l'appel associé à la main frappée sur la cuisse signifient qu'il doit venir se mettre à sa place derrière Alain. Hypérion est un entier, donc il essaie encore parfois de tester sa force, mais Alain est ferme, et Hypérion réagit bien. Alain peut le faire tourner en longe sur un petit cercle aux deux mains.


Puis nous reprenons l'exercice du surfait, et cette fois, Alain sangle vraiment. Hypérion a une petite réaction au début, un ou deux sauts de mouton, mais Alain coupe court aux débordements et rappelle Hypérion vers lui, l'incite au calme. Et finalement, Hypérion accepte bien le surfait. La séance se finit sur Hypérion qui trotte à une allure régulière et équilibrée, le surfait sanglé sur lui, et qui réagit très bien aux ordres d'Alain.


Comme toujours, après le travail, je caresse Hypérion dans son pré, je lui parle, je profite du moment où il est encore soumis et réceptif pour le toucher partout, l'habituer à moi, établir le lien. Aujourd'hui, une scène assez extraordinaire conclut la séance : un de mes chats surgit et saute dans mes bras, Hypérion vient le renifler amicalement, et à ce moment-là, le chat se redresse et pose ses deux pattes sur le chanfrein d'Hypérion, qui est étonné mais pas apeuré et ne bouge pas.
Ce fut une très bonne séance !

5 eme séance : vérification des acquis et apprentissage des longues rênes. Tout rentre petite à petit dans l'ordre, le poulain semble comprendre, les séances sont moins sportives mais il faut rester sur ses gardes. A la fin de la séance, j'ai commencé l'apprentissage du montoir " no comment",mais j'ai le temps.

Séance du 8 février

 

Un nouveau pas est franchi avec notre cheval de moins en moins sauvage : c'est la première séance de longues rênes ! Après l'habituelle récapitulation des acquis – cercles au pas et au trot, de plus en plus amples car Alain est de plus en plus sûr de pouvoir garder le contrôle, jeu du "yoyo", cheval appelé à se mettre en place derrière Alain, mobilisation des hanches et des épaules, surfait -, Alain met à Hypérion le filet.

 

On voit les progrès faits au calme d'Hypérion lors de cette manipulation : il accepte qu'on touche et qu'on "tienne" sa tête, il reconnaît la pression sur le chanfrein comme un ordre auquel il doit se soumettre. Après quelques tours pour habituer Hypérion au filet (le cheval se rend vite compte que le contrôle est plus fort qu'avec le caveçon…), Alain lui met les longues rênes.

 

Comme à son habitude, Alain cherche à désensibiliser le cheval et lui éviter des réflexes de peur par la suite, donc il laisse traîner les rênes sur son dos, par terre, entre ses membres, etc. Hypérion doit s'habituer à tourner avec ces choses étranges qui pendent à côté de lui. Puis le travail proprement dit commence : Alain se place plus à côté de lui que derrière lui, et avec la voix et le stick, appelle Hypérion à marcher, s'arrêter.

 

L'association doit être faite entre le geste, la voix et la pression sur les rênes. C'est une première séance plutôt réussie, Hypérion est réceptif – tellement réceptif qu'Alain décide, à la fin, de tenter un nouvel exercice : préparer le montoir ! Le but initial est de réussir à se mettre en "sac à patates" sur son dos, mais on comprend vite qu'Hypérion n'y est pas encore prêt, ses défenses sont encore trop fortes.

 

Donc, Alain réduit l'exercice : il faut qu'il puisse sautiller à côté d'Hypérion, main sur le garrot, comme s'il s'apprêtait à monter, sans qu'Hypérion ne réagisse. Hypérion se défend, Alain le ramène à lui, le rassure, recommence, jusqu'à pouvoir faire de petits bonds à côté de lui sans que le cheval ne s'en effraie. Il passe le bras sur son dos, appuie, tapote de l'autre côté, pour le préparer à accepter le poids et le mouvement d'un cavalier sur son dos. Mais nous savons qu'Alain ne va pas pouvoir le monter tout de suite !

 

Hypérion est suffisamment calme et docile pour que je puisse le ramener moi-même à son pré, ouvrir les clôtures sans qu'il n'en profite pour se défendre et se sauver. Le contact s'améliore de semaine en semaine, et nous en sommes ravies.

 

6 eme séance : vérification des acquis en main et aux longues rênes avec le mors.Il y a du mieux, mais il faut rester patient car à la moindre erreur, C'est moi qui suis remis aux ordres.

 

En fin de séance j'ai continué le montoir, il a été parfait, espérons que ce ne soit pas un coup de chance.Je ne suis pas encore à califourchon, mais ça ne devrait tarder...

Séance du 15 février

De gros progrès ont été faits aujourd'hui !
Dans le rond de longe, Hypérion a une réaction brutale quand j'essaie de lui toucher les membres. Alain insiste, le force gentiment, ne lui laisse pas le choix, et finalement, je peux lui prendre les deux antérieurs (pour les postérieurs, on attendra encore un peu...). Nous gagnons chaque fois du terrain sur son caractère farouche, et même si nous craignons toujours ses réactions parfois très vives, nous constatons un mieux.

 

Pour la première fois, Alain me laisse tourner moi-même Hypérion en longe. Evidemment, j'obtiens bien moins de choses qu'Alain... mais je suis très contente de pouvoir faire ça !
Alain le travaille de nouveau aux longues rênes. Jusqu'ici, dans le travail à pied, Alain dirigeait Hypérion "par devant", en levant le bras pour qu'il s'arrête, etc. Il s'agit maintenant de lui faire accepter la pression du mors. Alain cherche à faire changer Hypérion de main en passant derrière lui et faisant glisser les longues rênes (qu'il a passées dans le surfait) d'un côté à l'autre de son dos. C'est un préalable essentiel au travail monté. Hypérion comprend bien d'un côté, moins de l'autre, et a toujours des réactions de peur et de résistance face à la contention imposée par les longues rênes. Mais au fil du travail, Alain y parvient de mieux en mieux. J'ai le sentiment que peu à peu, nous conquérons le grand corps apeuré d'Hypérion : il accepte de mieux en mieux le contact, les zones de pression, les gestes qui sont des ordres...


Ensuite, Alain passe à l'étape suivante : habituer Hypérion au montoir. Les exercices de la dernière fois ont porté leurs fruits. Au bout de quelques essais, Alain peut se mettre sur son dos en sac à patates à l'arrêt et même, peu à peu, au pas. C'est une grande victoire quand on connaît Hypérion...

 

Alain va même jusqu'à sortir Hypérion du rond de longe, et tenter de retourner à l'écurie en sac à patates sur son dos ! A chaque fois, Hypérion tolère quelques pas, puis s'emporte et tente de fuir... mais Alain ne le laisse pas faire. Je suis admirative !

7 eme séance : séance difficile, malgré une peite amélioration en fin de séance due je pense à la fatigue.Je savais que le défi était de taille, et je ne renonce pas mais la partie n'est pas gagné, il va falloir du temps et de la détermination.

 

 

Séance du 22 février

Une séance assez chaotique aujourd'hui : Hypérion nous montre qu'il est loin d'être devenu civilisé pour le moment ! Après avoir fait beaucoup de difficultés pour se laisser attraper, Hypérion se laisse conduire dans le rond de longe, mais lorsque Alain commence à le faire travailler, il a une réaction totalement disproportionnée, joue au cheval sauvage terrifié et fracasse la clôture et les poteaux pourtant solides.

 

Grâce aux longues rênes, qu'il a toujours derrière lui, Alain parvient à récupérer le cheval et une véritable lutte s'engage alors. Hypérion refuse la pression de la longe, de tourner sur le cercle, de réagir aux ordres d'Alain, il cherche à fuir et c'est seulement le mors qui le retient de s'échapper ; il se cabre, se fait rétif, déchaîné... Alain laisse la longe faussement lâche, pour qu'Hypérion pense qu'il peut s'échapper, puis le retient à chaque fois - pour que peu à peu Hypérion en vienne à céder "de lui même" et à faire spontanément ce qu'on lui demande, tourner calmement sur le cercle.

 

Le calme revient peu à peu car Hypérion se fatigue : c'est un bébé, il n'a pas de résistance. Mais nous savons que ça n'est pas encore gagné avec lui.

8 eme séance : beaucoup mieux que la foie dernière, il commence à lacher prise, mais il a encore des réactions disproportionnées à la demande.Je commence à le travailler aux longues rênes avec les rênes fixées sur le mors, mais comme à son habitude, il s'est braqué avant d'essayer de comprendre.

 

A la fin de la séance il était assez calme pour je le confie à Alexandra. Il y a des progrès mais il reste du chemin à parcourir.

Séance du 1er mars

En contraste complet avec la dernière fois, nous avons fait une très bonne séance ! Alain a travaillé Hypérion aux longues rênes. En préparation du travail monté, il s'agit de faire accepter à Hypérion les indications données par le mors (tourner, ralentir).

 

En marchant en retrait, Alain doit pouvoir amener Hypérion à changer de main en passant les rênes d'un côté à l'autre de son dos et en changeant lui-même de côté, et en le faisant réagir à la pression d'une rêne. Hypérion a tendance à rentrer en conflit avec Alain au début, à faire de grands départs paniqués, puis peu à peu il comprend et Alain peut décrire des "huit" en changeant sans cesse de main de façon fluide et calme. Le cheval modère peu à peu son allure, baisse la tête, se met en position de travail.

 

A la fin de la séance, Alain me laisse même prendre les rênes et guider Hypérion. Cela se passe plutôt bien, je suis ravie.
Pas de travail au montoir pour l'instant, Hypérion nous a montré la dernière fois que nous avions encore du chemin à parcourir en main, en longe et aux longues rênes...

Pas de séance le 8 mars à cause de la neige

9 eme séance : L'évolution se fait ressentir, il reste encore imprévisible mais il devient de plus en plus gérable. J'ai pû sortir du rond de longe avec les longues rênes sans qu'il s'emballe, une fin de séance dans le calme sans incident, pourvu que ça dure...

 

 Séance du 15 mars

Après cette interruption de deux semaines, Hypérion est très en forme, comme on s'en doutait... encore un bref numéro de cheval sauvage ! Après avoir attrapé Hypérion, nous lui faisons un pansage et cette fois, il va falloir prendre les 4 pieds.

 

Cela se passe correctement pour les antérieurs, mais comme on le supposait, ça coince pour les postérieurs. Il faut lui apprendre sans se mettre soi-même en danger. Alain prend donc une longue rêne, la passe autour du pâturon du postérieur, et, en se mettant au niveau de l'antérieur, tire vers lui. Hypérion se défend plusieurs fois, mais il finit par céder et donner son pied. Alain peut peu à peu "remonter" vers la croupe et lui prendre le pied en toute sécurité.


Le travail aux longues rênes se passe bien, les progrès sont perceptibles mais c'est Alain qui guide, car Hypérion est un peu trop sur l'oeil aujourd'hui pour que je puisse m'y mettre. Il commence à céder, à comprendre ce qu'on attend de lui. A la fin de la séance, Alain sort même du rond de longe en longues rênes et parcourt plusieurs fois l'allée, dans le calme, avec un cheval aux ordres et qui accepte de tourner (presque) sans cinéma.

 

A voir la semaine prochaine si cette dynamique de progrès se confirme...

 

10 eme séance : 1ère sortie en longues rênes en extérieur, après une petite vérification des acquis dans le rond de longe.Impécable ,le poulain était calme et à l'écoute, il reste sensible mais gérable.

Séance du 22 mars


Une très bonne séance avec Hypérion aujourd'hui - et l'impression, vraiment, de faire des progrès ! Alain a pu lui prendre les pieds (presque) sans problèmes, et aux longues rênes, Hypérion commence peu à peu, en dents de scie, à comprendre ce qu'on attend de lui.

 

Hypérion doit accepter la pression du mors, ne pas lever l'encolure en défense mais baisser la tête, s'arrondir, se calmer ; il doit accepter, préalable à la monte, qu'Alain le guide tout en étant à côté de lui et en appuyant sur son dos ; il doit comprendre les changements de direction et associer la pression sur les flancs au fait d'avancer.

 

Comme cela se passe bien dans le rond de longe, nous sortons en extérieur. Alain change souvent de côté, dans le calme, en refusant toute réaction "débordante" d'Hypérion.

 

Nous sommes sur la bonne voie !

11 eme séance : 2ème sortie en longues rênes en extérieur: il m'a échappé et la séance a été très sportive surtout au retour, il prend de la force et de l'assurance.Je pense que je vais changer d'embouchure.

 

Séance du 29 mars


Aujourd'hui, nous avons fait une longue sortie en extérieur, après qu'Hypérion ait montré sa réceptivité dans le rond de longe. La première partie se passe très bien, comme la dernière fois. Mais au bout d'un moment, Hypérion refuse de tourner, s'appuie sur une rêne, tire et s'entortillerait dedans si Alain ne choisissait pas de lâcher - pour éviter de se mettre en danger et de risquer qu'Hypérion se blesse.

 

Alain m'explique qu'en extérieur, loin de la maison, nous sommes le seul élément connu d'Hypérion et il reviendra de lui même. Effectivement, nous le rattrapons facilement. Mais Hypérion a compris qu'Alain n'avait pas une force énorme avec le mors simple, et tente de contrer par la force brute la pression des rênes.

 

Alain ne laisse rien passer, et doit se "battre" un peu avec Hypérion pour qu'il comprenne qu'il ne peut pas se comporter ainsi. Au bout d'un moment, Hypérion se fatigue et commence à comprendre ce qu'Alain attend : qu'il accepte la pression sur le dos, qu'il avance avec Alain à côté de lui, dans le calme, sans lever la tête, sans partir comme un fou.

 

Le but ultime est bien évidemment, selon l'adage des cavaliers : "en avant, calme et droit".

 

Avec Hypérion, nous en sommes encore loin, mais nous progressons !

 

12 eme séance : 3 ème sortie en longues rênes en extérieur.Beaucoup mieux, malgré un petit moment de stress dès le départ, mais aujourd'hui il avait un mors "goyo" et la leçon a été efficace car il est resté calme et à l'écoute du début à la fin.

13 eme séance : 4 ème sortie en longues rênes en extérieur. Nous sommes allé dans la carrière. Il est de plus en plus calme et il commence a respecter la main. Pour l'instant je reste dans les exercices simples ( le pas, le trot et l'arrêt.)

 

14 eme séance : 5 ème sortie en longues rênes en extérieur.Le parcours était plus long et nous avons rencontré plus de choses nouvelles.Dans l'ensemble il a été gérable, il reste tendu mais il lui faudra prendre confiance avant de passer à l'étape suivante.

15 eme séance : séance à pied dans le rond de longe. Après les sorties aux longues rênes je pensais qu'il aurait assez confiance en moi pour me laisser le monter.

 

Dans la première partie je pensais que j'avais été trop vite car il s'est mis en défense tout de suite et a sauté le rond de longe. Après l'avoir récupéré j'ai repris ma séance avec le même objectif car son regard me disait qu'il était prêt.

Et là ce ne fut que du bonheur, il est resté calme et immobile.

 

Tout arrive avec de la patience.

16 eme séance : séance à pied dans le rond de longe, apprentissage de la selle. Le poulain a vraiment changé, il se laisse licoler dans le parc et ses défenses sont beaucoup plus douces.

 

17 eme séance : séance à pied dans le rond de longe, vérification des acquis avec la selle.

 

Il a moin bougé que la fois dernière, mais il reste encore sensible, donc je vais continuer et attendre qu'il soit assez en confaince pour passer à l'étape suivante

18 eme séance : séance à pied dans le rond de longe, monte à cru en sac à patate. Il ne résiste plus, nous avons fait quelques foulées de pas et de trot. Il  a très bien réagi, nous sommes sur la bonne voie.

19 eme séance :  monte à cru dans le rond de longe et en extérieur.Il semble avoir compris mais je reste très prudent car ses réactions peuvent être térribles.

 

20 eme séance :  monte à cru  en extérieur.Mais j'ai reçu un coup de pied dans le bras pendant la préparation, il reste encore du chemin avant qu'il devienne plus fiable

 

21 eme séance :Séance à pied car ça fait 1 mois que je ne l'avais pas travaillé.Il était très calme je pense qu'il va enfin comprendre ce que je veux de lui.

22 eme séance :Séance à cru et début de monte à califourchon.Il sembles avoir compris, mais je reste prudent. 

 

23 eme séance :sortie aux longues rênes et Séance de monte à califourchon.Il reste très vif et capricieux mais il y a du progrès. 

 

24 eme séance : séance à cru  en sac à patate dans le rond de longe aux 3 allures, ses défenses sont de moins en moins violentes, il faut garder espoir il sera peut être prêt avant noël...

 

25 eme séance : séance dans le rond de longe avec la selle.Il n'a pas bougé j'ai mis le pied à l'étrier, pas de réaction.Les choses évolues doucement

 

30 eme séance : depuis quelques séances je le sort en extérieur sellé  mais en main. Aujourd'hui je me sentais de le monter, cependant je sais que je n'avais pas le droit à l'erreur et j'ai pris toute les précautions pour ne pas échouer.


Il faut savoir gérer sa propre sécurité et se mettre en condition.

Pour cela je trouve une route très peu fréquentée en faux plat voir en montée droite et longue.


Le principe est de laisser le poulain s'exprimer et agir sur sa condition physique, car au bout de quelques mètres il se fatigue et je peux agir en toute sécurité. Résultat, pas de stresse, ni de mauvaise surprise, certe je suis sur une route mais je préfère cette situation que dans un champs plat où dans une carrière. Je fonctionne comme ça depuis de nombreuses années et cela ne jamais causé d'ennuis.

 

Aujourd'hui encore je suis content du résultat, mon poulain est resté calme et il a fini la séance fatigué mais détendu.

Vu le caractère de ce poulain je vais renouveler cette séance une ou deux fois avant de passer à l'étape suivante.

31 eme séance : Il est enfin prêt, il accepte le cavalier sans aucune mauvaise réaction, j'ai commencé ma séance comme les fois précédentes, en main.Sur le chemin du retour je suis monté il n'a pas bougé, nous sommes resté au pas et avons fait quelques foulées de trot. La prochaine fois je pars directement en selle.

 

32 eme séance : sortie en extérieur monté, il part un peu fort dès le début mais se calme vite; La séance s'est déroulée sans soucis.

 

33 eme séance : sortie en extérieur de 2 heures au pas et au trot, il a été parfait. Nous sommes passé dans le village il n'a pas bougé. A l'arrêt il est encore un peu impatient mais rien de méchant ça va se régler avec le travail. Je pense avoir bientôt terminé.

 

34 eme séance : sortie en extérieur aux trois allures avec passge dans le village de donzere. Il a été parfait un vrai régal. En core deux ou trois sortie et je pourrais commencer le travail en carrière.

 

35 eme séance : sortie en extérieur 2 h30. Impéccable pourvu que ça dure.

 

36 eme séance : sortie en extérieur 2h avec un autre cheval. Il a été parfait, un peu joueur de temps en temps mais ses réactions sont normales. Maintenant le débourrage est terminé il peut être monté sans risque.

 

belle expérience, un peu délicate mais pleine d'enseignements

 

Un témoignage a été rédigé par sa propriétaire ( rubrique témoignage : Sylvie )

JUILLET 2012 : depuis quelques mois Hypérion est monté par marianne plusieurs fois par semaine, elle le sort en extérieur et le travail en dressage. Il est devenu adorable, je vais accompagner sa cavalière en dressage, une nouvelle fiche de suivi va être créée en septembre.