Mekhet

Voici Mekhet (prononcer "Méret"), un jeune pur sang arabe de 3 ans. Fils de ma jument Mamouniah, pur sang arabe égyptienne, fille de Mobaris, reconnu comme monument dans le «show», et de Melfik d'Alauze, fils de Persik, champion du monde d'endurance, choisis aux Haras Nationaux pour ses capacités, sa beauté et surtout son caractère.

 

En 2010, j'ai décidé de faire pouliner Mamouniah, ma jument de coeur que je ne pouvais plus monter comme avant à cause de mes études de design... c'est ainsi qu'en Avril 2011, Mekhet a fait une arrivée fracassante dans nos vies. Blessé dès sa naissance par sa mère qui a un peu paniqué et a involontairement été un peu brusque... nous avons pendant les 3 premiers mois de sa vie suivi le poulain jours et nuits, pas vraiment sûrs qu'il survivrait à sa blessure. Le postérieur droit complètement bandé de haut en bas, il avait une drôle d'allure ce poulain tout cassé, mais malgré tout il gardait sa fierté et sa bonne humeur, ce qui en à fait un poulain extrêmement attachant.

Trop attachant peut-être, car habitué au soins et à l'homme depuis son premier jour, Mekhet manque de repères et est un peu trop familier avec nous. Et si cela pouvait passer jusque-là, c'est maintenant un jeune cheval presque adulte que nous avons devant nous, et qui à tendance à prendre le dessus bien que devenu hongre.

 

A l'heure du débourrage et un peu dépassée par la situation, nous avons préféré contacter Mr Bellanger, afin de recadrer Mekhet, pour que sa vie avec nous et nos autres chevaux puisse être plus paisible. Le but étant de transformer notre attachement mutuel en véritable complicité qui nous mènera je l'espère, sur les routes des courses d'endurance, et pourquoi pas du Trec.

Première séance 8 octobre 2014 :

 

 

Je redoutais le moment où Mekhet serait seul, sans ses compagnes. Habituée aux appels incessants, aux écarts, et tout ce qui va avec, je me demandais comment il allait réagir, seul face à un «étranger», 

qui plus est, venu pour le faire travailler.

C'est un jeune cheval calme, plein d'énergie et de bonne volonté que j'ai (re-)découvert.

 

Alain l'a sorti de son box, passé un rapide coup de brosse puis nous sommes entrés dans le rond de longe. Mekhet à été très réceptif aux premières demandes. Il a beaucoup trotté, et rapidement compris comment se déplacer à la longe. Alain a enchainé les petits exercices de respects, de déplacements et d'arrêts. Toujours dans le calme et la détente, j'ai vraiment eu l'impression que Mekhet était heureux de répondre aux exercices. Évidemment, il continue de tester les limites d'Alain, mais sans agressivité aucune. L'apprentissage du pas autour de la longe n'est pas encore son fort, mais pour une première séance tout part bien. 

 

Nous sommes ensuite sortis du rond de longe et nous avons pris la route, pour ne pas passer par les chemins qu'il connait autour des prés. La rencontre avec les cyclistes et un chien de chasse l'a un peu effrayé, mais rien de bien méchant. Mekhet a été calme et curieux, bien qu'un peu stressé sur la fin. Nous sommes donc rentrés et l'avons amené au pré retrouver les deux autres juments.

 

Cette première séance a été comme un déclic pour Mekhet et moi, cela m'a permis de comprendre qu'il faut que nous revoyions toutes nos bases de communication. En effet, je pense que suite aux nombreuses frayeurs qu'il nous a fait, j'ai développé une appréhension constante envers lui, qu'il à ressenti. Je ne peux pas dire comment lui à interprété ma peur, mais ce qui est sure, c'est qu'il s'est braqué autant que je me suis braqué. Après 1h15 de travail, je me rends compte que Mekhet est un cheval super sympa qui a du caractère, mais qui ne demande qu'à apprendre. Un « gentil p'tit con » quoi !

C'est donc sereins et super contents que nous attendons la prochaine séance, avec entre temps une petite séance de pansage qui nous permettra de ré-apprendre à nous connaître. 

Seconde séance mardi 14 octobre 2014 :

 

Alain m'avait prévenu que lors de la deuxième séance, Mekhet bien que joueur, montrerait une légère hostilité pour le travail... et ça n'a pas manqué ! Entre la pluie de ces derniers jours qui l'a contraint à rester au box, et le fait que cette fois-ci, les juments étaient à côté, Mekhet a eu un plus de mal à se concentrer. Je pensais que lui mettre le filet et le mord allait le déstabiliser, mais le poulain était tellement concentré sur les appels de «Môman et sa copine» qu'il a très vite oublié qu'il avait un truc dans la bouche.

 

Afin de faire rentrer Mekhet dans la séance, Alain a commencé par le détendre à la longe.

Il n'a rien laisser passer, vérifiant que les exercices et les codes de respect mis en place la première fois sont bien acquis. Comme Mekhet est un petit malin, il a opté pour une attitude «je ne comprend pas ce que tu dis» doublé d'une petite tentative d'intimidation, qui n'a pas bien duré, puisqu'il est assez sensible à l'autorité.

Il a trotté à main gauche, à main droite et a fini par marcher et s'arrêter correctement.

 

Alain a ensuite mis le surfaix sans le sangler. Il a laissé l'objet glisser du dos du cheval plusieurs fois, pour que ça ne l'inquiète pas, ni sur lui, ni par terre. Mekhet a vaguement sursauté au début, puis il s'est habitué, comprenant qu'il ne s'agit pas d'un danger.

 

Il a sanglé le surfaix puis repris les exercices à la longe. Mekhet ne faisait plus du tout attention aux appels des 2 juments, ce qui est vraiment bien.

 

Nous l'avons ensuite fait marché un peu sur la route, puis nous sommes revenus au rond de longe, où Alain lui a ôté tout le matériel. C'était très intéressant à voir, le cheval comprend qu'il est en liberté mais qu'il doit répondre aux codes appris.

Mekhet a bien évidemment essayé de sortir du rond de longe, mais très vite il s'est installé une vraie connexion entre Alain et lui, qui a permis d'obtenir du pas, des changements de direction, des arrêts… et un gros câlin en fin de séance.

 

 

 

Ce qui est très nouveau pour moi, c'est de partir du principe que le cheval sait faire, et effectivement, Mekhet sait faire. Il faut que je sois très précise dans ce que je lui demande tout en restant aussi posée que l'est Alain.

 

Ce sera un long travail, peut-être plus pour moi que pour lui en fait, mais cette méthode me parle autant qu'à mon cheval. 

Je vais même revoir certaines choses avec Mamouniah, sa mère, qui présente certaines similitudes dans les réactions. En attendant la prochaine séance nous allons continuer à mettre tout ça en place !

La troisième séance s'est déroulée de manière plus sportives que les deux précédentes :

 

Après un échauffement à la longe où il a fallu un peu de temps au cheval avant d'entrer complètement dans la séance, le véritable travail à commencé avec la découverte des longues rênes.

 

Pour faire comprendre au cheval qu'il n'y a rien à craindre, Alain a procédé de la même manière que pour la longe et le surfaix, il a d'abord laissé la première rêne flotter à côté du cheval afin qu'il surmonte son angoisse, puis il a fait de même avec la seconde. Mekhet ne savait plus trop si il devait être en colère ou stressé, il a donc opté pour un curieux mélange des deux. Alain l'a alors poussé au maximum pour forcer le cheval à se faire à cette nouveauté. 


C'était sans compter sur le fait que Mekhet décide tout à coup de nous montrer qu'il à du caractère: campé raide et droit sur ses 4 membres, la queue levée comme en plein galop, il a soufflé tout son mécontentement après un superbe trot allongé qui nous a dévoilé la puissance de ses allures.

 

 

Dès lors, Alain a progressivement fait comprendre au cheval que les indications qu'il va lui donner ne vont plus venir du centre du rond de longe, mais bien de derrière lui. 
Il a pris appui sur la rêne extérieure pour guider Mekhet ce qui n'a pas été simple. Trop d'informations en même temps pour mon petit cheval ! Il a fallu un long moment avant qu'il s'y fasse ... à peu prêt. 
Alain ne l'a pas ménagé, il a enchainé les changements de direction forçant Mekhet à changer de pied régulièrement, ce qui ne lui a pas plu non plus. Alain s'est fait embarqué une fois mais a bien résisté aux autres tentatives en les voyant venir. Finalement les choses ont commencé à prendre forme, même si il faudra encore quelques séances pour que Mekhet accepte/comprenne totalement comment répondre complètement à ce nouveau type de guides. 


J'ai beaucoup apprécié le fait que ce travail se fasse sans mord, Alain ayant insisté sur l'importance de garder la bouche du cheval "neuve" pour la suite, afin que celui-ci soit sensible à la moindre indication donnée par le cavalier. 

La deuxième partie de la séance, Alain a comme la fois précédente, essayé de faire travailler le cheval dans le rond de longe en liberté. Cette fois ci, Mekhet à décidé qu'il n'avait pas envie, après quelques tentatives pour lui donner des indications, nous nous sommes retrouvé avec un cheval qui essaye de prendre la tangente en passant entre les 2 rangées de ruban du rond de longe. Et se retrouver dans une telle posture ... et ben ça fait peur.

 

Mekhet à donné un grand coup de tête libérateur ... en embarquant la moitié de la rangée de ruban du haut. Bien heureusement pour lui comme pour nous, il n'a pas tout démonté et j'ai pu remettre en place le ruban pendant qu'Alain remettait le licol et la longe au cheval. Les exercices ont repris mais sous contrôle total cette fois. Entre changements de main, arrêts Mekhet s'est concentré ce qui à permis une bonne fin de séance. 

Pour ma part, je trouve qu'en si peu de séances, les progrès sont déjà là. En effet, je peux aller chercher mon cheval au pré et le travailler en main assez tranquillement. 


Il m'écoute lorsque je lui demande de s’arrêter et se laisse manipuler correctement, indépendamment des juments, même si celles-ci sont en liberté, ce qui n'était plus le cas avant que nous commencions le travail. 
Nous allons voir comment se déroule la prochaine séance avec les longues rênes, Alain m'a expliqué qu'il fallait parfois 2 à 3 séances avant que le cheval s'y fasse complètement. J'ai hâte de voir la suite ! 

Quatrième séance : Le temps était idéal pour cette 4 ème séance où nous avons comme la dernière fois, travaillé avec les longues rênes. La séance précédente ayant été difficile,


Alain à commencé par vérifier les acquis du cheval. A notre grande surprise, Mekhet a retenu beaucoup plus de choses que ce que nous pensions.


Alain a donc repris les exercices en insistant sur l'arrêt, car c'est ce qui posait problème la dernière fois.


Mekhet n'a pas manifesté de grande résistance, et il a fini par répondre sans trop de difficultés aux commandes.

Alain a enchaîné les changements de pied et les arrêts, principalement au pas, ce qui s'est très bien passé.


Fort de cette belle avancée, nous avons tenté une première petite sortie en extérieur avec les longues rênes. Nous ne sommes pas allés loin, mais sur cette courte distance Alain a exigé du cheval qu'il réponde aux mêmes commandes que dans le rond de longe. 

Mekhet était stressé mais il a fait son maximum, nous sommes donc rentrés content de la séance. Rendez vous lundi prochain pour la suite !

5 ème séance:  Nous progressons dans l'apprentissage de Mekhet et Alain me transmets petit à petit la main pour que je continue le travail en longe pendant qu'il travaille aux longues rênes et qu'il commence l'éducation au montoir.


Tout n'est pas encore gagné pour moi car mes mauvaise habitudes de cavalière d'extérieur m'ont fait perdre l'habitude de longer un cheval. Mekhet m'a échappé une fois à cause de mon angoisse, mais je progresse et il ne m'échappe plus même si il me teste toujours. Alain m'apprend à être de plus en plus précise dans mes gestes et mes demandes envers Mekhet, et désormais, je sors mon cheval 3 fois par semaine, ce qui était parfaitement inenvisageable il y a encore quelques temps ! 

De son côté Alain, avec parfois une facilité déconcertante, continue l'apprentissage de son élève. Il a reprit Mekhet en longe et après l'avoir faire trotté, il s'est accordé 2 petites minutes de jeu avec lui, entre galop et petit sauts, on sent que le cheval est réceptif et détendu, prêt pour la suite. Les longues rênes commencent à être bien assimilées, c'est pourquoi Alain à commencer à désensibiliser Mekhet au montoir. 


Il m'a expliqué sa manière de s'y prendre, plus stressante pour le cheval et plus sportive pour lui, mais très efficace pour que le cheval n'est plus peur du mouvement prêt de lui. 


Il a d'abord commencé à sauter sur place ce qui a surpris Mekhet. Le cheval a fait pas mal de "sur place" à tourner autour de lui-même et d'Alain, qui ne l'a pas rassuré pour autant, mais a continué à rester contre lui à le manipuler tout en commençant à monter dessus en "sac à patate". Petit à petit Mekhet a commencé à accepter le poids de son référent sur le dos, et a moins bougé. 

Contents de cette belle avancée, Alain a stoppé l'exercice pour repartir sur un petit moment de travail avec le surfaix et les longues rênes. Cette fois-ci nous avons fixé les longues rênes au filet, contrairement aux fois précédentes où nous étions seulement en licol. Après ce petit exercice, nous avons ramené Mekhet au box sans le sortir en extérieur car la séance a été riche. 

Nous avançons bien dans le travail de Mekhet. Pendant qu'Alain continue à le faire progresser, mes objectifs sont de lui mettre le filet à chaque fois que je le sort, même si je le longe en licol, de commencer à lui mettre les rênes et effectuer des légères pressions pour l'habituer à recevoir les commandes venant des rênes sur posées sur l'encolure, et continuer à le sortir en extérieur en faisait en sorte qu'il me respecte autant qu' Alain. 

6 ème séance:

 

sortie en extérieur aux longues rênes. Dans l'ensemble tout va bien, il est regardant mais Mekhet semble bien gérer son stress.

7 ème séance : Il y avait beaucoup de vent donc j'ai adapté ma séance en fonction des conditions climatiques.

 

Apprentissage de la selle et sortie en extérieur en main.

Très bonne séance, aucun soucis, Mekhet s'est très bien comporté .

 

Ce nouveau matériel le ne perturbe pas, je vais bientôt envisager de commencer mes séances de monte. 

 

Lorsque je sorts un jeune cheval en main, le monde extérieur à son parc devient un immense terrain de jeu. Chaque nouvelle découverte doit être présenté comme challenge à relever, cela combat le stress et évite l'ennui.. 

Reprise des séances pour Mekhet et moi après une petite absence de ma part. Comme me l'avait conseillé Alain, j'ai sorti Mekhet entre nos séances avec le filet et les rênes, dans différents environnements pour qu'il ne soit pas ni déstabilisé devant un nouvel environnement, ni ennuyé d'être toujours au même endroit. 


Et ce mardi 17 Février, nous avons repris nos leçons. Alain a détendu un peu Mekhet à la longe puis il a repris l'apprentissage de la monte. Pour cela nous sommes sorti du rond de longe et sommes parti sur la digue, Alain est remonté en "sac à patate". Je précise que toute la séance s'est faite en licol. Alain a décidé de passer à l'étape supérieure en se mettant à califourchon sur Mekhet. Il m'a expliqué l'importance d'y aller en douceur pour que le cheval s'habitue progressivement au changement de point de gravité, et à la répartition du poids du cavalier sur son dos. Instructif ! 

Mekhet était un peu perdu mais il a commencé à marcher avec son cavalier.


Néanmoins comme cela est très nouveau pour lui, Alain n'a pas forcé l'expérience. il a préféré se remettre en sac a patate pour finir la sortie car Mekhet semblait être plus à l'aise comme cela.


Nous sommes ensuite ensuite rentrés et Alain m'a donné les consignes à suivre jusqu’à la prochaine séance : soit arnacher complétement Mekhet et partir à pied avec lui avec la selle et le filet afin qu'il s'habitue à "ce truc " sur son dos.


J'ai également commencé à le désensibiliser à la monte avec un tabouret, ce qui ne s'est pas mal passé.


Je retenterai l'expérience avant notre 9ème séance avec Alain. En tout cas, on avance bien, avec un chouette cheval dont la sérénité et l'envie de travailler font plaisir à voir.

9 éme séance : sortie en exétrieur en main avec la selle , Mekhet semblait bien accepté donc le retour s'est déroulé monté .

 

Quelques jours après Meket s'est blessé en jouant dans son parc, points de sutures aux genoux.

 

10 ème séance : après 1 mois de convalescence Mekhet peut reprendre le travail. Séance de monte avec la selle en extérieur. J'ai commencé en main afin de vérifier les acquis. En premier je travaille le respect , pouvoir monter et descendre sans risque, ensuite lorsque mon poulain trouve son équilibre je commence à marcher.

 

Lorsque je ressens que mon élève se déconcentre ou est gêné je descends et je marche quelques mètres pour ensuite poursuivre l'exercice de monte. 

 

Il est très important de valider chaque étape en jouant la carte de la sécurité, tout le monde est gagnant.

11 ème séance : Une super séance pour une reprise ! Mekhet s'est blessé au parc courant Mars/Avril, et je n'ai pu que le sortir en main au pas sur de courtes distances pendant sa convalescence. 


Néanmoins c'est un cheval intelligent et plein de bonne volonté, il n'a pas profité de sa période moins active pour reprendre le dessus. 


Je l'ai préparé et détendu à la longe avant qu'Alain arrive, ce qui nous a permis de partir pour une longue promenade alternant monte au pas et marche, directement à son arrivée. 

Mekhet est très regardant, il analyse tout de son environnement et stress facilement, mais il n'a pas de geste de révolte, il a plus tendance à " bugger".


Il s'arrête et analyse tout, seulement ensuite il repart. Alain m'a expliqué qu'il était important de ne pas remettre Mekhet en avant lorsqu'il s'arrête comme cela. En effet, il fait parti des chevaux à sang chaud, très sensibles qu'il faut accompagner dans la découverte et ne pas forcer à passer sous la contrainte. Ce qui est amusant c'est que sa mère est exactement pareil, je ne suis donc pas dépaysée !

Alain a monté Mekhet au pas, tranquillement, il n'a pas accompagné le mouvement du cheval tout au long de la première partie car il était tendu et rond, Alain à tenu sa position de "découverte", mains hautes, pas de mouvement du bassin n'hésitant pas à repasser sur de petites distances en sac à patate afin de rassurer le cheval.


Il m'a appris l'importance de monter les mains dès que le cheval montre une hésitation. Toujours garder le contrôle et penser à la sécurité. Ne pas laisser le cheval s'échapper ni sur la gauche ni sur la droite et garder l'axe sont les points sur lesquels il à beaucoup insister. 


Il y avait beaucoup de circulation ce jeudi sur ces petites routes de campagne, ce qui à fait un tas de choses à découvrir pour le cheval. La grande victoire de cette séance fut le passage monté à côté d'un chantier sur lequel tournait une bétonnière. Le bruit de l'engin, les camions et les voix ont beaucoup stressé le petit cheval, mais Alain ne l'a pas lâché et n'a pas mis pied à terre, il a encouragé Mekhet qui est passé sans aucun problème. Vraiment super. 

Nous avons fait demi-tour, nous sommes repassés devant la bétonnière, et Alain a commencé à sentir le cheval se détendre.

 

Il a pu baisser les mains, commencer à accompagner le mouvement du cheval et le lancer dans un premier trot monté ! Mekhet s'est très bien comporté, nous sommes ensuite rentrés par la route en passant devant un pré avec des chevaux que Mekhet ne connaissait pas.

 

Alain l'a bien cadré afin qu'il ne s'emballe pas, il est resté calme et est passé au pas doucement devant le pré, sans problème. Nous avons trotté de nouveau sur de courtes distances, puis nous sommes rentrés.

 

Mekhet était plein de bonne volonté, ce fut une super séance. Il faudra continuer sur cette lancée pendant tout le mois de mai, et nous poursuivrons ces belles avancées au mois de juin.

 Reprise des séance avec Alain et Mekhet :  12 et 13 ème

Je vais faire court et tâcher de résumer au mieux les 2 dernières séances, pendant lesquelles Alain m'a proposé de prendre en main Mekhet et ... de faire mes premiers pas monté avec lui ! Comme j'ai pas mal travaillé Mekhet en main je n'ai pas eu d'apréhension particulière, il a juste fallu bien mettre en pratique les nombreux conseils d'Alain, pour ne pas détruire tous les progrès du poulain. 

Alain m'a bien montré comment monter sur le poulain pour qu'il apprenne à gérer son équilibre avec moi, puis doucement j'ai pris place sur son dos, faisant attention à ne pas mettre de jambes, ce qui s'est avéré un peu compliqué au départ. J'ai enchainé les exercices, marcher droit, arrêt, immobilité, descente marche, monter marcher ... etc. Une belle prise de contact entre mon poulain et moi. 

 La séance d'après nous avons répété les mêmes exercices de manière plus intense. La mise en route à été un peu plus longue car je n'ai pas eu le temps de détendre Mekhet avant, il était donc plus chaud. En fait j'avais beaucoup plus à apprendre que Mekhet, notamment sur le fait de respecter son apprentissage.


J'ai eu tendance à être un peu brusque au départ et à monter trop vite, le déséquilibrant. Mains mal placées, envie de mettre des jambes tout ce qu'il ne faut pas ... et qui a bien fait rire Alain.


On se souviendra longtemps de Mekhet cherchant son référent, ne comprenant pas ce que je fabriquais, et Alain de lui répondre " mais oui elle va comprendre, sois gentil, ramène-la à la maison". Ce qui m'a beaucoup fais rire... et finalement détendue.

 J'ai commencé à comprendre ce qu'Alain disait :  Etre ferme mais très à l'écoute, concentrée, mouvements fluides et jouer seulement avec la pression des cuisses, les mains et la voix. Tout le reste de la séance s'est bien déroulée, je suis très contente des progrès faits avec mon poulain.

Mekhet commence à comprendre que je vais dans l'avenir être son référent et il commence à m'écouter vraiment. Ses points à travailler sont l'équilibre, (encore fragile aussi bien quand on lui prend les pieds que quand on monte dessus) et la concentration. Je dois apprendre à le canaliser quand il essaye de se lever pour me tester. Je suis partie pour une bonne série de cercles sur place  

 Espérons que je ne refasse pas les mêmes erreurs la séance prochaine, et que nous allons continuer doucement à évoluer ensemble !

14 et 15 ème séances:


La progression continue, Marie et Mekhet commencent a trouver un langage commun, chacun respecte l'autre.


La détente se fait au pas en main et ensuite la partie montée se fait d'abord au pas puis au trot.


Le pas reste l'allure maîtresse, et le trot doit être souple et cadencé. 

L'important est que le poulain reste à l'écoute de son cavalier à chaque erreur, le cavalier revient à l'allure inférieure afin de reprendre le contrôle.    

 

Maintenant je laisse Marie et mekhet trouver leurs marques, je devrais intervenir encore quelques séances mais ils vont pouvoir très bientôt  se passer de moi .