"Je vous présente Tinus, petit poney typé welsh, acheté en aout 2013 à un poney club, pour que ma fille de 8 ans puisse le monter.


Les premières séances se sont passées sans encombre le premier mois.

 
Ensuite, les cours au poney club se sont montrées plus délicates. Il ne voulait pas avancer, pas tourner à G, puis il a vite compris qu'il pouvait mener le jeu. Il avait compris sa force.


J'ai appelé Alain pour des conseils, un peu désarmée de mon côté. Le poney faisant 1m12 au garrot, je ne voyais pas comment m'en sortir..


Alain m'a proposé de le travailler aux longues rênes, puis pourquoi pas selon le tempérament du poney, de l'atteler.


J'étais ravie, j'allais découvrir et apprendre des choses que je n'aurais jamais imaginé faire un jour.

1 ere séance de longues rênes le jeudi 12 décembre.


Tinus ne connaissait pas du tout, et moi non plus!
Alain a donc travaillé le poney dans la carrière en lui mettant une seule longue rêne au mors, passée dans l'anneau du surfaix, trainer au sol.

 

Il tenait par ailleurs Tinus en longe, à la tête. Tinus a eu très peur au début de cette rêne faisant du bruit et frottant le sol,la terre. mais au cours de la séance, il s'est détendu. Il l'a fait tourner, s'arrêter, trotter, marcher lentement (le plus difficile et le 
plus important certainement).


Ensuite, il a mis la seconde longue rêne et rapidement a pu se mettre à l'arrière en maintenant les rênes et en faisant comprendre à Tinus comment cela fonctionnne: aller à D, à G, stopper.

 

Sur ce, fin de la séance, la découverte des longues rênes et le calme revenu, nous étions satisfaits.

Seconde séance lundi 23 décembre:


Travail aux longues rênes sur la direction, l'allure, les transitions. 


j'ai appris à les tenir, à sentir les mouvements, devoir se dire rapidement Tinus va faire ça, moi, je dois réagir comme ça...Au début,j'étais en retard sur les prises de décision, mes réactions et petit à petit, on réagit de plus en plus vite, on "sent" les choses.

 

C'est très agréable de diriger à distance mais de sentir toujours ce lien entre l'animal et soi, de le faire zizzaguer entre des plots... Un plaisir!

Troisième séance: mardi 24 décembre: mise du filet avec le mors coup de poing, les oeillères, le surfaix du harnais d'attelage. j'avais "fabriqué" avec des tubes pvc un brancard qui traine au sol, fait du bruit...

On reprend donc notre travail aux longues rênes mais avec le brancard. Il est du coup plus stressé, évidemment! Heureusement, le mors coup de poing, ça marche super bien! il comprend vite qu'il faut moins tirer et il devient un peu plus souple dans les doigts..

 

On commence dans la carrière, puis on sors un peu en forêt. pas aussi simple: à un moment, il refuse d'aller à D, se cabre (bon, il est mini mon poney...:)  ) mais du coup, je perds les rênes (il a de la force le 
coquin) et Alain reprend le contrôle. Je me rends compte que c'est pas facile quand il se braque, qu'il faut être super vigilant, et être prêt à parer à tout début de problème, ne pas laisser les choses évoluer.


Tinus est encore assez "dur" avec les rênes...Et moi, j'apprends!

Quatrième séance: vendredi 27 décembre:


Sortie avec mon fils à vélo, Alain qui nous guide, Sam, le chien d'Alain qui s'éclate comme un fou, le Tinus avec son brancard, moi aux longues rênes et les enfants qui doivent faire du "bruit" pour désensibiliser 
Tinus.  Frotter les pieds au sol, Mon fils faisant du vélo et freinant ,voir dérapant près du poney! Bon, il y a encore du travail et faut pas trop forcer les bruits encore!!


Les arrêts sont encore difficiles, et Tinus reste encore sensible aux bruits...Nous avons testé la "charrette": quelques mètres seulement , il a peur, pas encore prêt.
Par contre, il est de plus en plus léger dans les rênes, répond plus vite, plus légèrement.

Cinquième séance:mercredi 8 janvier:


On reprend tranquillement avec les brancards, balade dans les chemins... ça se passe bien. Les arrêts se perfectionnent, la désensibilisation se poursuit.
Entre la 4ème et cette 5ème séance, il y a eu un couac dans l'apprentissage. Mon mari ayant décidé d'attacher au brancard une chaine (et oui, il a retenu "faut faire du bruit") sauf qu'il a trop bien attaché la chaine et quand le poney a pris peur, il est parti avec brancard et chaine...

 

la catastrophe! Bref, il a cassé le brancard (en pvc, c'est pas dur), s'est détaché de tout (heureusement) et j'ai du le rassurer. Lui mettre le licol n'était plus possible ensuite, il ne voulait plus venir! Du coup, appréhension sur le déroulement de cette séance mais tout s'est passé à merveille. Nous n'avions rien perdu de nos séances précédantes, et pas besoin de retour en arrière! ouf!

Sixième séance: mercredi 22 janvier:


Fabrication à l'avance d'un palonnier.


Bref, une palette, deux crochets, une ficelle à ballots, un autre crochet sur un morceau de madrier, deux crochets et on relie ça aux traits du harnais d'attelage.

 

Nous sortons donc avec Tinus tenu fermement à la 

tête par Alain, qui se met devant la tête pour l'empêcher de partir en cas de grosse frayeur, et moi penchée avec un couteau au niveau des ficelles à ballots pour les couper au plus vite en cas de panique.

 

En effet, s'il part avec sa palette aux fesses en pleine panique!  Quelques mètres ainsi, il prend confiance, s'habitue aux bruits provoqués par la palette raclant le sol, au poids à tirer... et nous partons ainsi en balade!cela se passe super bien.


Sur le chemin du retour, je m'assois sur la palette pour faire du poids,après quelues mètres ma fille viens avec moi.

 

Cela fait du poids et le fatigue mais il s'habitue à tirer et ne prend pas peur.


Séance parfaite, on pourra bientôt réessayer la charrette.

 7ème séance  La dernière séance était il y a 4 semaines donc nous avons repris avec le palonnier, la palette, Tinus tenu à la tête par Alain et en avant !

 

Très vite, Tinus semblait confiant et calme. Alain a pu lui mettre très rapidement les longues rênes.

 

 

Je me suis mise à la tête pour le maintenir en cas de peur et Alain a guidé Tinus aux longues rênes. Ensuite, je marchais devant et Tinus suivait, tenu et guidé par Alain aux longues rênes. Tinus a "promené" sa palette au pas, au trot, mes chiens sont passés sans arrêt en courant à côté, devant, derrière, à la fin de la balade, une de mes chiennes lui a aboyé dessus et il n'a absolument rien dit, ni sursauté. 


C'est assez impressionnant de voir la rapidité d'évolution de son comportement au cours des séances, de sa désensibilisation progressive. 

Celle ci n'était pas gagnée car Tinus est un poney assez sensible aux bruits, aux mouvements. Mais aujourd'hui, il n'a pas du tout été ainsi. 


Très bonne séance. Prochaine étape, mettre la charette!

 

 

TINUS a été vendu au Haras de Mérindol 

cliquer sur le logo
cliquer sur le logo