VIP

Je vous présente VIP, ponette de 5 ans que je travaille depuis 2 ans maintenant et dont je suis l’heureuse propriétaire depuis un peu plus d’1 an. Une ponette qui a bien évolué ces derniers mois après avoir eu un sevrage tardif puisqu’elle a quitté son lieu de naissance, ses parents, ses frères et sœurs il y a un peu plus de 4 mois aujourd’hui.

 

Depuis, c’est un vrai bonheur de la voir détendue et sereine dans son nouvel environnement. Suite à ce petit changement dans la vie de ma petite protégée, une idée qui me trottait en tête depuis quelques temps me revient à l’esprit. J’aime découvrir de nouvelles choses avec elle et puis autant en profité au vu de la diversité des disciplines équestres. Après en avoir parlé avec une amie qui avait fait appel à Alain pour le débourrage de son percheron Apache, je me suis dit : pourquoi ne pas tenter un « débourrage » à l’attelage ?

 

(qui ne tente rien n’a rien). Je prends contact avec Alain pour voir s’il serait éventuellement possible de faire quelque chose, Alain était tout de même un peu septique avant la première séance avec ma louloute.

 

Si jamais le projet abouti je souhaiterais pourquoi pas essayer quelques concours d’attelage histoire de découvrir de nouvelles choses et aussi pratiquer cette discipline pour le plaisir.

 

Tout cela reste pour le moment hypothétique car si à un moment donné Alain dit qu’il y a un risque alors nous arrêterons tout.

 

 

Séance 1 : lundi 22 septembre 2014 :

 

 

Pour commencer présentation de ma pepette à Alain, sa vie d’avant ses mésaventures et surtout sa vie aujourd’hui avec une ponette bien dans ses sabots ! Ça fait du bien de s’apercevoir que l’on a fait les bons choix.

 

 

Alain a été assez surpris du calme olympien dont VIP a fait preuve à l’attache (dans la douche) ce jour-là puisque malgré un fort mistral, elle est restée très zen, pour mon plus grand plaisir, je reprends confiance en elle à cet endroit précis un peu plus chaque jour.

 

L’attache à la douche était devenue un grand stress pour moi et pour elle car quelques mois auparavant la demoiselle s’était pointée ce qui avait occasionné à la réception quelques petits bobos sans gravité.

 

Nous avons pris notre temps et aujourd’hui tout va pour le mieux.   

Pour sa première séance travail aux longues rênes, Alain a trouvé VIP très aux ordres et fine dans sa bouche. Il a même rajouté « c’est presque dommage d’y mettre un mors d’attelage » mais sécurité oblige, à ce moment-là une grande fierté m’a tout de même envahie, puisque je la monte pratiquement depuis le jour où elle accepte d’avoir un cavalier sur son dos. Etant donné que c’est le débourrage à l’attelage qui est prévu pour VIP nous avons agrémenté la séance de bouteilles en plastique (faute de boîtes de conserves ce jour-là), afin de pouvoir faire du bruit pour se rendre compte des réactions de ma ponette.

 

Elle n’était pas très rassurée mais rien de bien vif, ce sera néanmoins un point à travailler pour la prochaine séance car elle nous a tout de même montré qu’elle pouvait faire demi-tour or en attelage ça c’est impossible ! Puis nous avons testé la patience de ma pepette à l’arrêt, là encore tout va bien aucuns signes d’impatience et mieux encore elle a même mâchouillée son mors et fouaillée de la queue, que demander de mieux. Au vu des réactions de VIP Alain décide de tester la « retenue » de VIP.

 

Autrement, dit on passe le bras derrière les postérieurs de la ponette pour simuler l’avaloir qui butera contre ses fesses lorsqu’il y aura l’attelage plus tard, le but étant qu’elle reste arrêtée malgré la stimulation de la poussée en avant.

 

Et là encore c’est un sans-faute! VIP ne se pose aucunes questions et ne bouge pratiquement pas un sabot. De même lorsqu’Alain se déplace autour de VIP (avant-main arrière-main, gauche droite), elle ne bouge pas d’un poil. On ne me demande pas de bouger je ne bouge pas.

En bref, une séance très positive donc on poursuit le travail notamment la désensibilisation aux bruits suite au prochain épisode…

 

J’ai vraiment hâte d’y être et tellement fière de ce qu’elle peut m’offrir chaque jour, un vrai bonheur !

Séance 2 : lundi 29 septembre 2014 :

 

Au pansage VIP a montré ses talents en tirant au renard, pour quelle raison on ne sait pas. Alain m’a donc dit elle fait ça un jour à l’attelage on arrête on ne prend pas de risques, ok pas de soucis Alain je n’irai pas contre toi.

 

 

Bref une fois cette petite frayeur passée (pour ma part), on se prépare pour attaquer la séance. Mais avant cela, petite vérification des acquis et du travail accompli durant l’absence d’Alain, et oui malheureusement il n’est pas toujours présent ! Cela dit j’ai pris un grand plaisir comme toujours à travailler ma pepette et à la voir progresser de jour en jour. Il est ressorti de cette semaine que VIP est plus sensible à main droite qu’à main gauche, rien de dramatique simplement un point à travailler.

La mise en route passée on met les longues rênes à VIP et nous voilà parti pour de nouvelles découvertes. Mise en place de brancards (tubes en plastique joints entre eux par une planche en bois que je n’ai pas eu besoin de fabriquer puisque Sandrine avait débourré son percheron et avait pris grand soin de les conserver, un grand merci à elle).

 

Il est donc très important et nécessaire de vérifier que le dispositif mis en place soit sûr pour la sécurité du cheval et de la personne meneuse. Avec Alain c’est sécurité et anticipation, on essaye de penser à tout je dis bien on essaye car on est jamais sûr de rien ! Dans un premier temps on les laisse trainer au sol, je souhaite malgré tout revenir sur un point les brancards ne sont en aucun cas fixés au surfaix, ils sont simplement passés à l’intérieur des anneaux de manière à ce que si le cheval panique on laisse filer les longues rênes les brancards tombent et fin de la panique.

 

Tout au long de la séance les brancards seront uniquement passé dans les anneaux mais jamais attachés, il est encore trop tôt ce n’est que la deuxième séance, un peu de patience. Une fois cette étape passée VIP ne bouge toujours pas, très attentive à ce qu’il se passe mais aucun mouvement de panique, on passe à l’étape suivante. Alain prend les brancards dans sa main puis les lâche d’un coup, la ponette sursaute un peu mais toujours rien au pas, à l’arrêt, le calme plat. Alain n’oublie pas de féliciter bien évidemment. Alain cherche à provoquer VIP pour voir à quel moment elle pourrait avoir un coup de folie donc pareil on fait du bruit on tape sur les brancards, sur la planche en bois, toujours rien.

Et pourtant il me dit : « j’ai peur de passer à côté de quelque chose, je ne suis sûre de moi qu’à 70%. » Certains diraient c’est bien mais pour Alain c’est encore trop peu, mais ce petit peu d’incertitude permet de rester sur ses gardes, pour peut-être éviter « la catastrophe ». Puis Alain pour être plus à l’aise passe une ficelle à ballot dans le crochet pour avoir les mains libres (à ne pas faire avec les brancards fixés évidemment, je rappelle que les nôtres ne sont en aucun cas attachés, Alain utilise cette méthodes car il débourre ses chevaux seul). En fin de séance Alain s’arrête, marche et trotte même avec VIP aux ordres dans les brancards, toujours sans aucuns mouvements de panique. C’est un vrai plaisir de le regarder faire et de l’entendre dire «  elle est presque parfaite, je ne trouve pas la petite chose, tu as vraiment fait du bon boulot », merci comme ça fait plaisir.

 

 

J’ai ensuite pris ma ponette une dizaine de minutes aux longues rênes avec les brancards, j’ai également trotté, marché et arrêté celle-ci sans aucuns problèmes un peu compliqué de gérer tout ça mais ça va venir. Puis nous ramenons VIP à l’attache difficile de gérer votre pseudo voiture à l’extérieur de la carrière. J’arrête VIP puis laisse tomber les brancards par terre à part un petit sursaut rien de méchant.

 

On félicite pour cette merveilleuse séance on descend au près là Alain nous observe et quand je sors du près il me dit « il y a une vraie complicité entre vous », du bonheur que d’entendre ça de sa bouche.

Au cours de la séance j’ai senti à plusieurs reprises que ma ponette me cherchait du regard et avait tendance à venir se coller à moi si elle passait un peu trop près.

 

J’ai demandé à Alain s’il était possible quel soit comme ça parce qu’elle a confiance et il m’a assuré que oui elle faisait effectivement confiance à l’Homme.

 

 

Séance 3 : vendredi 17 octobre :

 

VIP et moi avons bien travaillé durant les trois semaines où nous n’avons pas vu Alain.

Aujourd’hui la séance a été brève car assez physique pour VIP, un jour très important puisque nous allons à la fin de la séance savoir si oui ou non nous pourrons atteler VIP à une voiture.

Je tiens à préciser que sur les photos les traits ont été remplacé par des chaines puisque j’ai oublié des récupérer ceux-ci et donc je remercie Alain pour sa débrouillardise. Je suis parfois un peu blonde.

 

Comme tout début de séance on échauffe VIP on vérifie les bases, Alain observe très attentivement comme d’habitude. Puis vient le temps du premier exercice on fixe le palonnier et les traits au harnais, puis on fait avancé le poney aucuns signes d’inquiétude tout va bien on continue. On prépare alors le pneu que VIP va se préparer à tirer on le fixe au palonnier grâce à un mousqueton de sécurité (très important en ca de panique du poney ou cheval et encore plus important on teste la fiabilité de la sécurité). Une fois le pneu attelé on demande à VIP de tirer ce fameux pneu (tout de même assez lourd pour elle). Les traits se mettent enfin en tension VIP a du mal à avancer elle fait beaucoup de droite gauche les traits touche ses jarrets mais aucune panique la ponette se remet d’elle-même dans l’axe

Alain souhaitait une fois encore voir si elle allait s’emballer, mais non tout s’est bien passé. Puis pour faciliter la tâche de ma pepette Alain me demande de me mettre en-tête avec elle pour la motiver et là ça y est, elle avance, elle tracte puis elle se rend compte qu’au trop c’est tout de même plus facile. Elle prend le petit trop Alain me dit de la laisser faire et de lui donner de la longe de sorte à voir si elle va accélérer et une fois encore c’est un sans-faute.

 

Fin de la séance, pour VIP puisque pas de problème, très bon comportement et une phrase d’Alain : « c’est bon, elle est attelable ». Autrement dit prochaine séance mis à la voiture !

Je tiens juste à préciser que jusqu’ici tout le travail s’est fait en filet simple ou licol. Mon travail durant une semaine reprendre toutes les bases avec VIP pour travailler ce coup-ci avec la bride d’attelage et donc les œillères.

 

Encore un grand merci à Alain, suite au prochain épisode…

Séance 4 : vendredi 31 octobre :

 

Encore deux semaines sans voir Alain, comme prévu j’ai travaillé VIP aux longues rênes mais cette fois-ci avec la bride d’attelage, ce qui veut dire aussi mors d’attelage (difficile pour VIP de s’y faire car elle est assez fine dans sa bouche), mais qui dit bride d’attelage dit aussi œillères. J’ai travaillé ma pepette avec ce nouvel outil, au départ elle reculait de quelques foulées puis elle a vite compris le principe bien qu’un peu perturbée.

 

Ses oreilles toujours bien tournées vers moi, une fois sûre d’elle en carrière nous sommes allés en extérieur accompagné de mon copain. Nous sommes partis en forêt mais avant cela nous avions un petit bout de route à faire, mon copain s’est donc placé en tête avec ma ponette puis très vite nous l’avons trouvé à l’aise et donc nous étions tous les deux derrière elle. Une très bonne attitude de la part de ma pepette pour sa première fois en extérieur avec les œillères.

 

Suite de notre petite balade en extérieur faire le maximum de bruit pour voir si VIP va paniquer ou pas, suspense… Finalement tout s’est très bien passé, elle n’a sursauté que deux trois fois au cours de la balade. Une courte séance mais qui a été fructueuse donc on récompense et on arrête là pour aujourd’hui comme disait F. Baucher « demander souvent ; se contenter de peu ; récompenser beaucoup. »

 

 

Aujourd’hui nouvelle séance avec Alain, et normalement on attèle à la voiture cette fois-ci. On travaille aussi avec la bride d’attelage et puis très vite Alain émet une réserve il trouve que VIP n’est pas à l’aise avec le mors et les œillères.

 

Le but n’étant pas de la braquer on décide tout de même de tester comme ça puis si cette solution ne convient pas on remettra le filet simple.  

Dans un premier temps, on attèle VIP à la voiture sans attacher ni les reculements, ni les traits autrement dit on passe juste les brancards dans les bracelets. Je prends VIP en tête pour la faire avancer très vite Alain s’aperçoit que la bride ne convient pas du tout. Ma pepette se braque elle est pratiquement prête à se lever, histoire de bien nous faire comprendre que non là elle n’est plus d’accord. Nous passons alors à la solution numéro deux, on revient au filet simple et là une ponette calme et posée, parfait du coup on continue la séance.

 

 

Quand on s’aperçoit que quelque chose bloque il ne faut pas hésiter à revenir à l’étape précédente, alors on a l’impression de perdre du temps, de stagner mais il vaut mieux rassurer reprendre les bases, redemander quelque chose qui est acquis plutôt que d’arriver à une grosse boulette que l’on mettra peut-être un temps fou à réparer. Si on y arrive ! On arrive à leur faire exécuter bien plus de choses lorsqu’ils coopèrent que lorsqu’on leur prend par la force, il faut leur donner le temps et composer avec chaque cheval parce qu’ils sont tous différents et c’est ce qui rend le travail avec eux toujours plus intéressant.

 

 

A partir de maintenant VIP n’a plus personne en tête, elle se gère seule, Alain gère la voiture et moi les longues rênes.

On continue la séance et on avance Alain décide de la tester avec les reculements (attention c’est Alain qui les tient ils ne sont en aucun cas fixés à la voiture). VIP réagit bien malgré les pressions de plus en plus fortes, puis vient le moment où elle nous fait comprendre que c’est bon la pression est trop forte ça suffit. On cesse donc l’exercice, Alain me dit alors que la voiture étant munie de frein au départ j’éviterai de trop serrer les reculements de sorte à lui laisser le temps de s’adapter.

 

 

Tout se passe bien on passe alors les traits mais une fois encore rien n’est fixé c’est Alain qui les tiens (trop fort Alain !). Je demande à VIP de marcher pas de réaction, Alain me demande de tenter un petit trot, parfait. Là encore c’est un sans-faute pas d’accélération brusque, même pas peut du bruit de la voiture. Alain est satisfait, moi aussi toujours très fière de ma pepette on la laisse là-dessus pour aujourd’hui.

D’après Alain je peux me débrouiller seule car le plus difficile est fait, seule mais avec des bras pour m’aider deux, trois personnes ne seront pas de trop. Il a l’air confiant et puis je sais qu’au cas où on le fera revenir ! Il m’a aussi dit que nous pouvions commencer à monter dans la voiture mais de pouvoir en descendre rapidement si on sent que ça ne va pas. On reste sur ses gardes !

 

 

Puis il me donne quelques dernières recommandations. Il me dit que ma ponette prévient tout le temps quand quelque chose l’énerve c’est à moi de faire attention à elle et à son comportement. Il m’a aussi dit que le jour où il faudra lui mettre la bride d’attelage (avec œillères et mors), je devrais me tenir loin d’elle parce qu’elle est le reflet de mon comportement, de mes angoisses puissance 10.

 

Vive la connexion ! Je termine cette belle expérience avec cette phrase d’Alain « il faut toujours prendre en considération ce que le cheval nous fait passer comme message. » et oui on ne brise pas un cheval on compose avec lui.

Un très grand merci à Alain pour son professionnalisme, son calme, sa compréhension, ses explications, son aide et bien d’autres choses… Un grand monsieur qui murmure à l’oreille des chevaux tellement beau à voir à peine croyable…

 

Si vous cherchez une personne pour vous aider à reprendre confiance en votre couple (cavalier-cheval), un débourrage, un cheval compliqué alors ne chercher plus vous avez la personne qu’il vous faut et si vous en doutez encore lisez les autres postes et vous verrez par vous-même.  

Cliquer sur l'image pour voir le témoignage de fin de travail