Voile d'Orient est une jument arabe-barbe de 5 ans, fille d'Orient Express (AB) et Ianina Batardray (AB), Je l'ai acheté à 2 ans pour devenir la relève de ma jument de cœur que j'avais perdu peu de temps avant (également une arabe- barbe de l’élevage Batardray).

 

C’était un coup de poker sur le coup, tant elle ressemblait à un mammouth avec ses longs poils et son allure d'adolescente bancale, mais petit canard est devenue une superbe jument barbe et je ne suis pas déçue du résultat!

 

Pour notre futur en commun, j'ai pour objectif avec elle de faire naître quelques poulains arabe-barbes de couleur, mais avant tout de sortir en ballade, ainsi que quelques courses d'endurance et peut-être même s'essayer au TREC.

 

Coté caractère, c'est une jument timide, qui a pris son temps pour faire confiance à l'homme,mais jamais un geste de violence, elle est maintenant une jument sociable,Moi qui la croyais un peu « blonde » dans sa tête , il semblerait finalement qu'elle ne soit pas si blonde que ça !

Coté travail, j'ai déjà effectué le travail de manipulation avec le matériel, aussi qu'un peu de travail au longues rênes, le travail monté commençait à être abordé quand je suis tombée enceinte : Voile a gagné un an de congés bonus !

 

Je me retrouve maintenant à vouloir la monter mais aussi à avoir peur de monter un nouveau cheval, peur de la chute, j'avais tellement confiance en mon ancienne jument qu'il m'est pour l'instant impossible de monter Voile sans crainte, J'ai donc fait appel à Alain pour m'aider à finir le débourrage de Voile mais aussi (surtout ? ) prendre confiance en Voile et moi pour prendre plaisir à enfin remonter à cheval,

 

1ere séance :

 

Il est tôt, l'air est vivifiant et Voile n'a rien fait depuis un an, mais elle suis quand même sagement Alain jusqu'au rond de longe après un rapide décrassage.

 

Cette séance était surtout prévu pour faire connaissance et voir où elle en était, Alain l'a uniquement fait travailler à la longe.

 

Tranquillement il la met au travail, moi je reste à la clôture a les observer, à écouter les conseils d'Alain.  Je prends plaisir à la voir ainsi, jolie jument, n'ayant pas trop la tête à travailler mais plutôt à jouer et galoper, mais Alain lui rappela rapidement que ce n’était ni l'endroit, ni le moment, (ce qui ne l’empêchera pas de vérifier à plusieurs reprises si ce n'est vraiment pas possible)

 

Je ne saurait plus décrire précisément le travail effectué, je savourais juste de les voir tous les deux interagir, j'ai par contre remarqué avec du recul que cette année de vacances lui avait permis de mûrir, je la trouve plus posée au travail, moins timorée à la nouveauté. On verra la suite lors des prochaines séances.

 

2 ème séance :

 

 

Alain a démarré la séance dans le rond de longe, l'objectif pour commencer étant d'avoir une jument cadencée et à l’écoute au travail, sans avoir ses accélérations de joies. Après quelques tentatives de jeu de la part de Voile, elle finit par comprendre qu'elle n'aurait pas le dessus et se mis au travail sagement.

 

 

Alain est alors passé à la deuxième étape du jour : travailler aux longues rênes.

 

Il a commencé en vérifiant la réaction de voile si elle est poursuivie par une rêne trainant au sol : Pas de réaction violente de sa part, elle a juste serré les fesses . Alors a démarré le travail avec les longues rênes : vérification de la réponse de voile lors d'une demande de changement de direction et la une demande d’arrêt, Je suis contente : elle ne semble pas avoir oublié nos séances lointaines.

 

Nous sommes ensuite sorti tous les trois promener sur une petite route, Alain aux longues rênes derrière Voile et moi armé des appareils photos.

 

Sur la route, Voile a travaillé la direction et garder l’arrêt patiemment.

 

3 ème séance:

 

Aujourd'hui, la séance démarre directement en extérieur aux longues rênes,

 

 

Voile est motivée, elle marche d'un bon pas, mais voilà qu'arrive le premier monstre à affronter : le camion poubelle, bien qu'elle le voit régulièrement devant son parc, là c'est différent de l'affronter à l’extérieur, Alain préfère l'autoriser à monter sur le talus pour le laisser passer.  

on reprend la route après avoir descendu le talus, Voile répond bien aux demandes de changement de direction.

 

Elle refuse de marcher dans une flaque dans un chemin de terre, au risque de glisser dans le bas-cote, ce sera l'occasion de travailler sur ce point et lui montrer qu'elle ne craint rien à marcher dedans.

C'est l'heure d'embauche et même sur notre petite route, les voitures sont fréquentes, Voile montre un certain stress à chaque passage de voiture, Alain va l'amener progressivement à accepter de passer à côté d'une voiture sans faire d’écart,

 

 

 

 

Alain termine la séance en lui mettant la selle, il lui fait faire quelques foulées de trots pour voir sa réaction : Après avoir un peu serrer les fesses, elle trotte normalement.

4ème séance :

 

Aujourd'hui, l’objectif pour Voile est d'accepter le cavalier sur son dos à cru,

Alain l’emmène dans le rond et après une détente , commence à simuler le montoir, seul, sans personne à tenir la tête de la jument (erreur que j'avais précédemment pratiqué :Alain m'explique que la jument ne fait alors pas attention à la bonne personne) ..

 

Aux premiers sauts à pied joint au niveau de son épaule, Voile s'effraye et bondit en avant, Elle reste sensible à ce mouvement pendant un moment et je craint qu'elle ne s'y fasse pas et laisse sa peur la dominer, mais au bout d'un moment, elle comprend enfin qu'il n'y a rien à craindre, Alain peut alors passer à l’étape suivante : se poser sur son dos en sac à patate, D'abord réactive, Voile accepte ensuite cette présence sur son dos,

Progressivement, Alain l’amène à ne pas être effrayée et à accepter que quelqu'un soit au dessus d'elle, touche sa croupe (oups, je n'avais visiblement pas assez insisté sur ce point : elle reste chatouilleuse et rentre les fesses,,,)

en fin de séance, Alain part sur la route, en sac à patate, et Voile ne semble plus troublée par cette présence, pas même quand il décide de lui demander quelques foulées de trots : je les vois alors s’éloigner, Voile trottant d'un air volontaire,

La séance se termina sur la touche positive d'Alain à califourchon sur Voile,

5 ème séance : Aujourd'hui, la séance est prévue en extérieur : Nous partons pour une séance à cru, Bien que je n'ai pas eu beaucoup de temps de la travailler entre les séances, elle ne semble pas avoir oublié la séance précédente, Alain monte progressivement sur son dos, elle bouge légèrement mais rien de plus, Nous voilà parti pour une ballade sur notre petite route Ardéchoise, elle monte un peu et sur une bonne longueur, Alain alterne les phases montées et les phases de repos à pied selon les « obstacles » rencontrés (voiture, fermes à « fantômes »,...), 

 

Voile se comporte très bien et semble apprécier la ballade, cependant elle reste au sensible aux jambes : Alain doit la monter sans contact, Il profitera du passage dans un bout de maquis qui attire son attention ailleurs pour amener doucement un peu de contact sans qu'elle ne se crispe.

 

Autre point à travailler : lui faire accepter le montoir contre une butte, Voile montre de la crainte quand on se présente en contre-haut et veut se retourner pour mieux voir.

 

La séance s'est terminée par une préparation à la prochaine séance : Alain a sellé Voile et l'a remonté pour quelques mètres montée avec la selle, toujours avec autant de bonne volonté.

 

 

 6ème séance:
 

Départ pour une séance avec la selle, on en profite pour changer d'embouchure, j'avais préparé ce changement en la travaillant aux longues rênes avec un pelham avec alliances.

Voile se montre chatouilleuse au montoir, le changement d'embouchure est utile: elle est puissante mais sans violence, elle part juste un peu en avant.

Une fois le montoir de nouveau acquis (et oui, Voile est blonde, il faut lui répéter les choses), le reste de la séance se passe sans soucis, avec une Voile toujours aussi allante.

7 ème séance : Aujourd'hui Voile est crispée, nous la sentons tendue et ça se confirme quand Alain commence à monter en selle : Voile ne tient pas en place.

 

Une petite remise au point par Alain et Voile redevient plus conciliante.

 

Il l’emmène sur une boucle, moi je les attends sur le chemin du retour: mis à part une poubelle au début de la ballade que Voile prend pour un monstre, ils sont parti tranquillement au trot, en tête à tête, Encore une sortie positive pour Voile.

8ème séance :

 

Voile a passé un été très calme, je n'ai eu le temps de la sortir à pied que 3 fois, mais nous voilà parti pour une nouvelle sortie en extérieur avec Alain, Voile ne semble pas trop troublée.

Après 5 minutes d’échauffement, elle se cale et se ballade comme une grande, d'un pas tranquille et assuré,

 

Seul un trébuchement de ma part la surprend mais juste une réaction brève et sans violence,

 

Nous allons continuer toutes les deux à travailler à pied le temps que je retrouve une condition physique convenable et que j'arrive à avoir assez confiance en moi pour remonter à cheval,

Voile m'a été confié pendant un mois afin que je termine son débourrage.

 

3 ème séance : Lorsque je l'ai remonté elle a été parfaite, donc je vais commencé un travail de dressage de base afin de lui apporter confort et gestion du stress.

 

Voile est une jument puissante qui ne semble pas encore avoir compris la fuite n'est pas la solution pour faire face à une difficulté.

Je travaille essentiellement au pas  en intégrant des exercices d'assouplissements latéraux ( mobilisation des épaules et des hanches) et longitudinaux ( transitions montante et descendantes.


Je la travaille avec un pelham en résine mais si elle continue à progresser je pourrais la repasser en filet.


Je vais la sortir en extérieur avec un autre cheval car seule elle est parfaite donc il faut accroître son expérience.

10 ème séance: objectif de la séance, sortir en extérieur accompagné d' un autre cheval et en filet simple.

 

Nous avons commencé en carrière pour ensuite sortir une heure au pas et au trot.

 

Très belle séance, voile est franche et respectueuse, elle passe devant mais accepte aussi de se faire doubler.

 

Merci à virginie pour s'être levé tôt afin de m'accompagner avec Joy

Ce matin, dernière séance pour Voile avec Alain.


Cette séance démarre par des assouplissements à pieds, Alain enchaîne sur du travail au pas, avec pour objectif de redresser l’équilibre de Voile :


Sur les photos des séances précédentes, il a constaté qu’elle était trop sur les épaules et n’engage pas suffisamment les postérieurs, il lui arrive d’ailleurs parfois de trébucher des postérieurs.


Il travaille donc volontairement avec une position des mains plus haute que les séances précédentes.

Quand il a jugé la jument prête, il est descendu pour me passer la main :


Me voici prête à mon tour à affronter ma peur, monter sur ma jument !


Grace à l’aide d’un ballot de paille en guise de montoir, me voici enfin sur Voile, inquiète mais ayant envie d’aller de l’avant.  

Je suis les consignes d’Alain pour positionner et utiliser jambes et mains correctement, je découvre petit à petit le mode d’emploi de ma jument, qui se montre bien aimable face à mes tâtonnements !


Aucunes réactions brusques de sa part, tout dans le calme, face à sa gentillesse, j’ose faire des demandes un peu plus franches, je suis heureuse !


Voile est maintenant montée avec un simple mors à aiguille, en carrière comme en extérieur et ne prend plus appui avec force sur le mors, je constate effectivement avec plaisir qu’elle est légère dans sa bouche, l’utilisation transitoire du Pelham a permis de lui faire prendre conscience qu’elle n’avait pas besoin de s’appuyer excessivement sur le mors.


Elle répond au poids de la jambe, je dois penser à me faire légère dans mes actions afin de conserver cette finesse.  

Check-up ok : j’ai la direction et le frein ! Je n’ai pas encore trouvé l’accélérateur mais c’est parfait pour démarrer tranquillement notre vie commune.

Pour Alain, nous sommes prêtes à prendre notre envol :


Mardi je l’emmène au centre équestre pour bénéficier des installations et d’un entourage technique pour poursuivre le travail et qui sait, j’aurais peut-être enfin le plaisir de me joindre à vous lors de la prochaine sortie en Camargue !