VALENTINO

Valentino est un PRE hongre de 8 ans.
Il a été débourré à l'âge de 5 ans mais n'a pas vraiment été mis au travail ; il est très proche de l'homme, équilibré et bien dans sa tête mais il manque d'éducation !!!
Élégant et déterminé, il porte en lui la noblesse caractéristique des chevaux ibériques.
Objectif à court terme : Obtenir une bonne éducation, le respect des distances, l'immobilité au pansage, donner les pieds calmement afin de pouvoir faire intervenir le maréchal ferrant, commencer un travail à pied en manège comme en extérieur. 
Travail aux longues rênes pour passer ensuite au travail monté.
Développer la complicité avec ce nouveau compagnon de vie en toute sécurité.
Objectif à plus long terme : dressage, travail en liberté, balades en extérieur .... en un mot trouver le bonheur avec ce cheval  et pourquoi pas envisager le dressage de haute école !!! 
 

Préambule :

 

Pour l’achat de mon 2ième compagnon, j’ai suivi les conseils d’Alain (voir tous les détails sur son site) ; j’ai recherché un élevage. Je cherchais un PRE, j’ai préféré trouver un élevage en France.

 

J’ai pris contact avec l’élevage ALBINET à côté de Montpellier. Alain a raison (ce qui ne fait aucun doute bien sûr) ; le fait de passer par un éleveur professionnel change tout. J’ai pu exprimer mes attentes, mes craintes, mes objectifs.

 

Chantal et Bernard ALBINET ont été à mon écoute. J’ai insisté sur le fait que je voulais un cheval bien dans sa tête (et pas trop grand si possible !). Je n’étais pas pressée et je ne voulais surtout pas d’un coup de cœur. Chantal et Bernard m’ont proposé Valentino : je n’étais pas convaincue en voyant ce charmeur ; je ne voulais pas d’un achat compulsif. Je cherchais avant tout un compagnon pour développer une belle complicité mais pas une gravure de mode !!! Chantal et Bernard ne m’ont jamais mis la pression pour acheter leur cheval.

 

Ils m’ont accueillie plusieurs fois au sein de leur élevage ; j’ai passé de merveilleux moments en leur compagnie. Ils m’ont permis de faire connaissance avec Valentino et de constater qu’en effet, c’est bien un cheval calme et serein. J’ai vu son père, sa grand-mère et tous leurs magnifiques chevaux dans un cadre idyllique …

 

Valentino est arrivé à Montélimar le 26/07/2017.

C’est pour lui, un énorme changement ; il a toujours été au pré (il a 8 ans !!!) ; débourré tardivement et très peu manipulé donc pas d’expérience. Il est, en revanche, très (trop) proche de l’homme. On le sent sûr de lui, mais un peu anxieux. La mise en box va s’avérer difficile.

 

Valentino est trop envahissant et ne respecte pas les distances. Il est très agité à l’attache et pose de grosses difficultés à la sortie du box (je remercie Olivia pour sa patience et son professionnalisme).

Alain a eu la gentillesse d’accepter de venir nous aider.

 

Séance 1, le 10/08/2017 :

 

Lors de cette 1ière séance nous avons travaillé : Immobilité au pansage (le recadrer à l’aide du stick si besoin), respect des distances et prendre les pieds.

 

Conduite en main : marche - arrêt – marche (là aussi, ne pas hésiter à recadrer avec le stick).

 

Travail en manège : Marcher – arrêt – reculer. Cercles à main gauche et à main droite ; plus compliqué à main droite, c’est d’ailleurs à main droite qu’il m’a échappé ! Diagonales aux 2 mains. On aborde les changements de main.

 

Consigne très importante vis-à-vis de Valentino : NE PAS DONNER de FRIANDISES pendant le pansage ni pendant le travail.

 

A la fin de la séance, Valentino est déjà beaucoup plus respectueux et attentif.

A moi de continuer sur cette voie jusqu’à la prochaine séance.

 

Merci Alain.

Je dois aussi prendre conscience que chaque cheval est différent, mon Soñador est à l’opposé de Valentino ; craintif, il a été mal traité et la mise en confiance a été longue …

 

Aujourd’hui il a 22 ans; il est magnifique et le plus gentil au monde ; c’est le cheval de ma vie.

 

Donc à moi d’adapter mon comportement en fonction de chacun.

 

Beaucoup de travail en perspective !!!

Séance 2, le 21/08/2017 :

 

Alain contrôle les points abordés lors de la séance précédente. Globalement, la situation s’améliore et Alain est satisfait du travail accompli.

 

Je dois garder plus de distance et ne pas le laisser envahir mon espace ; être très vigilante sur ce point à droite qui est le côté difficile.

 

Je dois capter son attention dès le début de la séance, ne pas nous laisser distraire par les évènements extérieurs.

Je dois faire attention à ma position, en particulier le haut du corps sur les cercles l’objectif étant d’accompagner le déplacement du cheval (idem au travail monté). Travailler le focus.

Alain nous propose alors d’aller affronter le mistral dans la carrière (ouh là là !!!)

 

Il fait découvrir à Valentino la carrière, les barres au sol, les obstacles. Valentino est calme et serein ; pas du tout anxieux et à l’écoute.

 

Alain me propose alors de le prendre et de refaire le tour de la carrière. Valentino est calme, posé ; j’adore. Nous avons pu évoluer sur toute la surface de la carrière en toute quiétude.

 

Nous rentrons à l’écurie avec le sourire, satisfaits de notre séance.

Les points à travailler pour la prochaine séance :

  • Au pansage : veiller à donner des ordres clairs et précis ; je dois rester concentrée et lui indiquer clairement ce qu’il a le droit de faire et ce qui est interdit. Etre plus claire et plus ferme.

  • Pour les pieds :

    • Les antérieurs : c’est mieux mais il faut les garder plus longtemps et ne pas hésiter à taper avec le cure pied pour simuler le travail du maréchal ferrant.

    • Les postérieurs : c’est encore trop fébrile. Valentino s’appuie beaucoup et je suis déséquilibrée. Je dois trouver des points d’appui (avant bras posé sur la jambe) et bien plier le pied vers le haut.

  • En manège : s’entraîner à capter son attention dès le début de la séance pour se mettre tout de suite dans notre bulle.

    • Continuer le travail marcher – arrêt – reculer en étant très attentive aux distances (surtout à droite).

    • Trot sur des cercles et changement de main.

  • Aller dans la carrière et faire les mêmes exercices que dans le manège.

 

NB1 : quelle attitude adopter si Valentino est un peu « chaud » ce qui peut arriver en cas de fort mistral (moi aussi d’ailleurs !!!) :

 

Alain me conseille d’en profiter pour m’entraîner à capter son attention ; ce sera forcément plus difficile s’il est « chaud » mais c’est un bon exercice pour tester ma capacité à capter son attention. La séance pourra être plus courte que d’habitude et s’il est bien à l’écoute et reste attentif, le récompenser en le laissant en liberté dans le manège pour qu’il se défoule (à ce stade, ne pas s’amuser avec lui en liberté).

 

Lui remettre le licol et faire quelques exercices dans le calme avant de rentrer à l’écurie. L’objectif étant de ne pas lui laisser penser que le manège est un terrain de jeux où il peut faire n’importe quoi.

 

Nous avons à faire à un malicieux, si on lui donne 1 cm ; il en prend 5 : je dois être vigilante à ce propos.

Si toutefois je dois le laisser dans le manège en liberté en début de séance (ce qui est à éviter avec Valentino).

 

Ne pas rester dans le manège avec lui ; fermer et le laisser se défouler puis commencer le travail.

 

NB2 : La question de l’embouchure sera abordée plus tard ; possibilité néanmoins de faire un essai avec un mors à aiguilles de taille 125. Lui mettre pendant le pansage par exemple et voir comment il se comporte.

 

 

Merci Alain pour cette séance paisible … j’adore.

Entraînement du mercredi 23/08/2017 :

Mise en pratique des conseils d’Alain suite à la séance de lundi.

-       Pansage :

Les antérieurs : je garde plus longtemps chaque pied et faisant du bruit avec le cure pied.

Pour les postérieurs : je tente de trouver un appui sur ma jambe, c’est mieux mais je ne suis pas satisfaite ; je ne me sens pas l’aise et trop à l’étroit. Il faut que je réfléchisse pour trouver une position avec plus d’espace.

-       Au manège : je tente de refaire tous les exercices de la séance de lundi : mettre plus de distance, penser à mon focus et ma position au niveau des épaules.

Tout se déroule bien, je décide alors de retourner dans la carrière.

-       En carrière : 2 tours de carrière à chaque main ; marche – arrêt – marché – pause. Cercles avec changement de main. Valentino est calme et détendu ; on en reste là pour aujourd’hui

-       Pansage de fin de séance :

  • J’ai oublié d’en parler avec Alain, je dois le préparer au vermifuge ; je désensibilise à l’aide d’une seringue remplie de compote : c’est très sportif dès que je mets le doigt dans la commissure des lèvres il s’agite très fortement. Je dois absolument le vermifuger (il se gratte beaucoup au niveau de la queue).
  • Je passe au brossage, spray appliqué à la main. Pour les pieds, c’est toujours difficile avec les postérieurs.
  • Nettoyage des yeux : très sportif même comportement qu’avec la bouche.
  • Vermifuge : objectif atteint après 20 min de discussion musclée – A travailler.

 

Entraînement du jeudi 24/08/2017 :

Contexte : fin d’après midi, Valentino est déjà rentré au box, il mange son foin.

Pansage : Bien pour les 2 antérieurs, je me concentre sur les postérieurs en essayant de le mettre plus en avant de manière à dégager de l’espace derrière ; c’est beaucoup mieux, je me sens moins à l’étroit ; j’arrive enfin à poser chaque pied sur ma cuisse et lui cure les pieds plus facilement ; sans insister trop longtemps.

Au manège : surprise ! il y a un petit obstacle installé dans le manège ; si tout se passe bien on va peut être oser le passer.

On commence par un tour de manège : marche – arrêt – marche ; diagonales aux 2 mains ; je veille aux distances et à ma position.

Tout va bien, nous allons tenter une approche de l’obstacle, je baisse la barre au minimum (environ 15/20cm). Valentino est un peu surpris : « tu ne vas pas me faire faire du saut d’obstacle !!!! » ; mais non Monsieur c’est juste de la gymnastique !!!

Je passe sur la barre devant lui et lui demande de me suivre ; je fais attention aux distances et me place sur le côté pour éviter qu’il me saute dessus ; il passe mais sans conviction. On refait de l’autre côté. Je tente alors de lui faire passer l’obstacle seul en me plaçant au centre d’un cercle. A première vue, il ne semble pas du tout apprécier ce jeu ; je le sens presque en colère, il baisse les oreilles : « je ne suis pas fait pour faire du saut d’obstacle » , j’essaie de le rassurer en lui précisant qu’il ne s’agit pas de faire du saut d’obstacle ; je l’encourage à essayer, il veut dérober mais je le replace face à l’obstacle avec le stick jusqu’à ce qu’il le franchisse ; ce qu’il fait. On recommence jusqu’à ce qu’il passe sans tenter de se dérober : Félicitations Monsieur !

Pause.

On refait à l’autre main ; à droite, je m’attends à ce que ce soit plus sportif mais ça se passe bien. Pour autant, je suis certaine que ça ne lui plaît pas. On va en rester là pour aujourd’hui ; je suis contente de ce qu’il m’a donné ; je pense qu’il a pris sur lui ; il n’y a pas eu de débordements.

Je décide d’aller faire un tour du champ derrière l’écurie pour prendre l’air.

Arrivés dans le chemin le long du champ derrière la haie ; M. Valentino, qui me fait toujours la tête, s’enflamme d’un coup et me sort un genre de cabriole avec une ruade. J’ai échappé au coup de pied de justesse, je le recadre avec fermeté (et ça ne lui plaît pas) en le maintenant plus près de moi et sa tête au niveau de mon épaule pour éviter un nouveau départ.

Arrêt, immobilité ; je respire profondément pour retrouver mon calme et on continue. Je refais quelques arrêts mais assez brefs, je ne suis pas sereine !

Après le passage des haies, je remets un peu plus de distance en restant sur mes gardes ; nous reprenons gentiment nos esprits et rentrons à l’écurie dans le calme.

Pansage de fin de séance : désensibilisation au spray, curage des 4 pieds sans s’éterniser. Nettoyage des yeux : toujours sportif.

Il est l’heure de rentrer au box pour la nuit.

 

Entraînement du samedi 26/08/2017 :

Contexte : je sors Valentino du paddock alors qu’il est l’heure du repas de grain de la mi-journée. Monsieur n’est pas du tout content ; il va me tester !!

Pansage : Valentino est plus agité que d’habitude ; il est en colère et il me le fait sentir. Je vais donc devoir être très concentrée ; je suis obligée de le recadrer plusieurs fois.

Pour les pieds, c’est très compliqué ; il refuse de donner l’antérieur gauche ; je sens qu’il ne veut pas coopérer ; quand je lui prends le pied il avance comme pour s’échapper (mais il ne le fera pas) je recadre à chaque fois à l’aide du stick. L’appel de l’estomac est très fort. Je suis obligée de garder le stick à la main en permanence ; la tension monte. Je persévère jusqu’à obtenir qu’il donne le pied sans bouger. Alors il tente de s’appuyer sur moi ce qui m’oblige à lâcher, je ne renonce pas et redemande jusqu’à ce qu’il cède, ce qu’il fait au bout d’un certain temps que j’ai trouvé très long !!!. Je passe aux postérieurs, là ça se passe plutôt bien donc je n’insiste pas ; j’y reviendrai après la séance.

Pour se rendre au manège, Valentino va clairement me faire comprendre que c’est l’heure de son repas et qu’il veut rentrer dans son paddock ; je recadre à l’aide du stick jusqu’à ce qu’il cède.

On arrive enfin au manège dans le calme :

Marche en main, arrêt - marche, on innove par des serpentines aux 2 mains en veillant aux distances.

Cercles au trot sur toute la surface du manège aux 2 mains, je m’efforce de penser à mon focus et travailler le placement de mes épaules : c’est pas top, j’ai l’impression d’avoir trop de choses à gérer ; et j’ai de gros doutes sur le travail que je suis en train de faire. Ce point sera à affiner avec Alain.

Dans l’ensemble, je suis quand même satisfaite, Valentino s’est bien comporté et il n’a pas essayé de m’échapper même à droite.

On passe à l’exercice : avance – recule – avance – arrêt – immobilité. Plutôt pas mal mais je pense en avoir trop demandé ; Valentino s’impatiente. Je fais une pause et passe à autre chose.

J’ose l’exercice de la « tête au mur » : ça a l’air de lui plaire (en tout cas plus que l’obstacle !!!) ; il croise bien les antérieurs mais l’encolure ne me semble pas bien en place … je n’insiste pas et je verrai cela avec Alain.

Je termine la séance par des cercles plus grands en faisant beaucoup de transitions montantes et descendantes au pas et au trot ; aux 2 mains en me concentrant sur ma position et sur l’énergie pour les changements d’allures.

Tout s’est bien passé, nous rentrons à l’écurie pour le pansage de fin de séance.

J’ai pu lui mettre du spray doucement sur la crinière ; pour la queue, ça se passe bien avec le spray ; j’ai même pu lui mettre du Cothivet à l’endroit où il se gratte (je n’ai pas l’impression que le vermifuge ait changé quoi que ce soit au niveau du grattage de la queue).

On passe aux pieds : c’est beaucoup mieux qu’en début de séance ; j’ai curé et graissé les 4 pieds.

Nettoyage des yeux : toujours sportif ; à voir avec Alain, je suis sûre qu’il doit avoir une astuce !!!

Candice vient nous rendre visite, nous discutons tranquillement et Valentino reste gentil sans s’agiter.

Il est à présent l’heure de rejoindre le paddock … et surtout le grain !!!! je l’oblige néanmoins à rester calme pendant que je lui enlève le licol ; pas question qu’il se jette sur sa mangeoire sans respect ; ça ne lui plaît pas mais il reste « zen ». Je le félicite avec un gros calin.

 

 

Entraînement du dimanche 27/08/2017 :

Pansage : beaucoup mieux, je cure les 4 pieds sans trop de résistances.

Travail dans la carrière : j’avais installé au préalable un tout petit obstacle pour tester son comportement en carrière.

Arrivés dans la carrière : un imprévu de taille : deux cavalières sont déjà à cheval. Je demande si elles acceptent qu’on rentre. Je sens que le Monsieur est sur ses gardes, je le suis aussi !!! C’est la 1ière fois que nous allons travailler avec des collègues !!!

Nous nous déplaçons dans la carrière en faisant très attention de garder les distances avec les autres chevaux. Valentino est tout de suite plein de gaz !!!! je le sens près à bondir ce qu’il va faire à plusieurs reprises mais en restant gérable. Je souhaite quand même tester ma capacité à capter son attention alors je me dirige directement sur l’obstacle. J’ai obtenu qu’il passe l’obstacle 2 fois à chaque main sans qu’il se dérobe et sans qu’il m’échappe … mais nous ne sommes pas vraiment détendus. Pas question non plus de mettre en danger les collègues. Donc je n’insiste pas, je quitte la carrière et nous allons aller faire un tour ; d’abord autour du champ, derrière la haie. Tout va bien, la pression est descendue. Alors, soyons fous ; allons sur le chemin qui mène à la route !

Nous avons pu aller jusqu’au gros rocher à côté des boites aux lettres ; jusqu’à mettre le nez dans une des boites aux lettres !!! calme sans pression. Très bien, nous rentrons pour une petite séance de brouting.

 

 

 

Entraînement du mercredi 30/08/2017 :

Pansage : beaucoup mieux, je cure les 4 pieds sans trop de résistances.

Travail en manège : c’est l’heure de la distribution du grain, donc difficile pour capter son attention. Il n’avait pas travaillé depuis dimanche ; je le sens assez excité ; est-ce la distribution de grain ou les 2 jours de repos ? ou peut-être les 2 ?

Je l’avais laissé au repos lundi car il faisait très chaud.

Bon, je m’efforce d’essayer de le canaliser en faisant beaucoup d’arrêts mais à chaque arrêt il regarde à l’extérieur … les autres remuent un peu dans les paddocks. Alors, je décide de faire les exercices sur le cercle avec des transitions trot-pas-trot, petit démarrage avec son truc style saut de mouton mais sans ruade. Décidément, c’est la réaction qu’il affectionne particulièrement … je n’apprécierai pas cela en selle !!! (ça m’inquiète un peu quand même) Il n’y a pas eu de débordements, nous avons pu faire des changements de main au trot ; en restant très vigilante … toujours sur de petits cercles ; pour l’instant, je reste avec la longe éthologique. Les changements de main m’ont permis de capter son attention et finalement, il a été à l’écoute ; il faut préciser aussi que le calme était revenu à l’extérieur. Quelques arrêts – reculés un peu mieux je pense. Il est calme, on en reste là.

Pansage de fin de séance : je suis confiante et là ; il se braque pour donner les antérieurs cette fois l’antérieur droit. Même chose que la dernière fois, il avance et m’oblige à lâcher à plusieurs reprises. Nous entamons donc une discussion, jusqu’à ce qu’il coopère.

Je ne comprends pas pourquoi, il réagit de cette façon ; des fois tout se passe beaucoup mieux et subitement il refuse de donner un pied et pas toujours le même (mais c’est toujours un antérieur) :

-       Est-ce que ma position le dérange ?

-       Peut-être que je soutiens trop l’épaule sans forcément m’en rendre compte ? pourtant, Alain me l’a répété plusieurs fois il ne faut surtout pas soutenir l’épaule.

-       Est-il possible qu’il me teste ?

Par contre, pour les postérieurs ça va beaucoup mieux ; je n’ose pas encore garder le pied longtemps mais ça va venir.

J’ai pu lui appliquer le spray sur la crinière, pas dans une totale décontraction mais c’est mieux. J’ai tenté aussi le spray contre les mouches sur l’épaule … c’est encore prématuré !!! je reviens à l’éponge.

Pour les yeux, c’est aussi un peu moins sportif.

Nous rentrons alors au paddock avec une petite récompense !!!

séance 3, le 06/09/2017 :

 

Alain fixe nos objectifs pour cette séance :

Tourner en longe en manège, dans la carrière puis aller en extérieur.

Nous allons chercher Valentino au parc, il est calme et content de nous voir. En chemin pour se rendre à l’écurie le ton est donné, je ne suis pas assez stricte. Alain me demande de l’obliger à rester à sa place. Nous sommes toujours en cours d’apprentissage et je ne dois pas être trop permissive. Attention à l’excès de confiance !

 

Alain m’explique comment mettre Valentino en filet simple (sans muserolle et sans rênes avec un mors à aiguilles), il place le filet par-dessus le licol éthologique. (cf. « Le bonheur à cheval » page 44).

 

La longe viendra se fixer sur le licol.

Alain contrôle les points abordés lors des séances précédentes : calme à l’attache et au pansage, Valentino sort en main au manège, en carrière et en extérieur. Il est à l’écoute, s’arrête à la demande.

 

Alain considère qu’il est prêt à recevoir un enseignement plus technique.

 

Au manège, Alain prend Valentino en longe de travail (longe fixée sur le licol éthologique). Au début de l’exercice, il est toujours préférable de marcher à côté au pas puis si tout va bien, on va pouvoir mettre de la distance. Toujours bien vérifier de garder la connexion.

 

Ne pas hésiter à revenir en arrière si besoin. En cas de débordement, il faudra immédiatement réduire la distance en le mettant sur un petit cercle pour obtenir le contrôle puis l’arrêt. D’où l’intérêt de bien sentir la connexion pour intervenir dans le bon timing et éviter que le cheval prenne la main.

 

Attention, la longe étant fixée sur le côté du licol éthologique, cela implique qu’il faut changer la longe de côté à chaque changement de main.

 

Valentino s’est très bien comporté, il n’y a pas eu de débordement.

 

Alain décide qu’il est temps d’aller en carrière. L’objectif sera de faire les mêmes exercices que dans le manège.

 

A l’entrée de la carrière, Valentino est intrigué par des éléments extérieurs, il prend une autre direction que la mienne … manque d’attention, perte de connexion, mauvais timing ; je me suis comportée en prédateur en lui mettant un coup de stick sur les fesses.

 

Carton jaune !!! C’est carrément ce qu’il ne faut pas faire. Il faut le ramener dans la direction souhaitée, en le mettant sur un cercle pour reprendre le contrôle et demander l’arrêt ; surtout ne pas déclencher l’instinct de fuite. Valentino est très gentil et n’a pas botté. Attention, rester attentive et maîtriser ses émotions.

En carrière, nous avons pu évoluer en ligne droite et sur des cercles au pas et au trot. Valentino est vraiment super attentif et calme.

 

 

Alain nous propose d’aller en extérieur. Nous passons le champ sans difficulté et prenons la direction d’une benne agricole jaune. Arrivés à proximité de la benne, des chiens viennent à notre rencontre et aboient derrière la clôture. Valentino est resté calme, malgré mon écart («  elle devrait être rassurante et elle a peur des chiens … c’est quoi ce bazar  !!! »). Rassurée par Alain, nous continuons et passons devant la benne jaune sans réelle difficulté. Alain propose de faire demi- tour et nous rentrons à l’écurie dans le calme. 

Je suis très heureuse de constater que notre Valentino est serein, bien dans sa tête.

 

Je l’en félicite et me dis que je dois enfin arriver à maîtriser mes émotions en toute circonstance. Beaucoup de travail en perspective.

 

Alain est très attentif à la sécurité ; c’est un homme rassurant ; ses conseils et sa bienveillance m’aideront aussi à ce propos.

Arrivés à l’écurie, 2ième carton jaune, je laisse Valentino rentrer sans l’accompagner dans le box. Décidément, je n’ai pas été à la hauteur de cette séance.

 

 

Alain termine la séance avec la désensibilisation en vue du prochain vermifuge. Il utilise une seringue avec de la compote ; de préférence une ancienne seringue de vermifuge propre (cf. « Le bonheur à cheval » page 33). 

Les points à travailler pour la prochaine séance :

  • Au pansage : continuer dans ce sens et poursuivre la désensibilisation à la seringue.

  • Pour les pieds : poursuivre en insistant avec les antérieurs (cf. « Le bonheur à cheval » page 34). L’objectif étant de pouvoir faire intervenir le maréchal ferrant rapidement.

  • Refaire les exercices à la longe en manège et en carrière. Veiller aux distances et au timing.

  • Travailler la respiration, relaxation et concentration.

  • Travailler sur la notion « L’intention précède l’action »

  • Sortir en extérieur.

  • Attention à l’excès de confiance.

 

Merci Alain pour tous vos précieux conseils et votre patience.

PROCHAINES SEANCES SECTEUR ST GERVAIS

 

Mercredi 20 Septembre à 9h
Samedi 30 Septembre à 9h
Mercredi 4 Octobre à 9h
Mercredi 18 Octobre à 9h
Mercredi 25 Octobre à 9h